Connect with us

Artiste

Yann Tiersen

Published

on

Yann Tiersen a commencé à construire son esthétique musicale dès qu'il a commence à marcher. Né en 1970 à Brest, il débute le piano à l'âge de quatre ans, se met au violon à six ans et suit un cursus classique dans les écoles de musique de Rennes, Nantes et Boulogne. C'est à l'âge de treize ans qu'il choisit de changer son destin, en brisant son violon en morceaux, achetant une guitare, et montant un groupe de rock.

Rennes était la ville parfaite pour un démarrage musical. Tiersen fait son éducation musicale avec le Festival des Transmusicales à Rennes assistant aux concerts de groupes comme Nirvana, Einstürzende Neubaten, Nick Cave and The Bad Seeds, The Cramps, Television ou encore Suicide. Quand son groupe se sépare quelques années plus tard, au lieu de chercher de nouveaux musiciens, il s'achète une table de mixage 8 pistes d'occasion et  commence à enregistrer seul avec un synthé, un sampler et une boîte à rythme, en plongeant dans de vieux albums à la recherche de boucles et d'orchestrations à piller. Sa nouvelle approche musicale est donc née de son passé « Un jour je me suis dis, au lieu de passer des jours entiers à chercher et écouter des tonnes de disques pour trouver le son que je voulais,  pourquoi je ne reprendrais pas mon p… de violon ? » Ainsi Tiersen a passé l'été 1993 dans son appartement à enregistrer seul avec sa guitare, son violon et son accordéon, guidé non pas par les canons classiques mais plutôt par sa vision d'une  «anarchie musicale ». “Vivons dans un vaste monde de sonorités, utilisons les aléatoirement, sans aucune règle“, dit Tiersen de sa vision. “Jouons avec le son en oubliant nos connaissances , la façon dont on doit jouer d'un instrument, utilisons notre instinct seulement – comme les punks l'ont fait.

A la fin de l'été 1993, Tiersen avait enregistré 40 morceaux qui allaient constituer l'essentiel de ces deux premiers albums. “La Valse des monstres”, sorti en 1995 et inspiré par « Freaks, la monstrueuse Parade » de Tod Browning et « Confessions d'un masque » de Yukio Mishima,  deuxième album sorti par le label Ici, d'ailleurs implanté à Nancy. Il sera suivi six mois plus tard par “Rue des Cascades”, une collection de courtes pièces interprétées par un piano jouet, un clavecin, un violon, un accordéon et une mandoline. Six ans plus tard, le disque allait connaître le succès populaire quand plusieurs morceaux ainsi que quelques nouveaux allaient être utilisés dans la bande originale du film« Le fabuleux destin d'Amélie Poulain » de Jean-Pierre Jeunet (2001).

La reconnaissance  de Tiersen avait cependant débuté bien avant, grâce à un de ses albums, “Le Phare” sorti en 1998 et enregistré en isolement volontaire sur l'île d'Ouessant où Tiersen passa alors deux mois dans une maison de location. La nuit, il contemplait le Creach'h, le plus puissant phare d'Europe, éclairant le paysage environnant. “J'étais étonné de voir comme les rayons de lumière du phare révélaient les détails cachés de la terre, comme il était possible de redécouvrir une chose qu'on avait tous les jours en face de nous, à la lumière d'un faisceau” dit Tiersen.

“Le Phare” s'est vendu à 160 000 exemplaires confirmant Tiersen comme un des artistes les plus originaux et innovants de sa génération et a entamé une série d'albums à succès à l'instar de “L'absente” sorti en 2001 (avec le groupe orchestral Synaxis, Lisa Germano et Neil Hannon de Divine Comedy) ou encore “Les Retrouvailles” sorti en 2005 (avec Stuart Staples de Tindersticks, Jane Birkin et Elizabeth Fraser de Cocteau Twins). Pendant cette période, Tiersen a également parcouru le monde, se produisant avec un grand orchestre et un quatuor à cordes amplifié – une configuration qu'on retrouve dans l'électrifiant album live “C'était ici” sorti en 2002. A la suite du succès incroyable du « Fabuleux destin d'Amélie Poulain », on fait régulièrement appel à Yann pour son talent pour les bandes originales. C'est la naissance de la tragi-comique « Good Bye Lénine ! » de Wolfgang Becker en 2003 et de « Tabarly » en 2008. Tabarly, qui avait pris son dernier repas à Ouessant avant de faire naufrage en mer d'Irlande. 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trending

Copyright © 2017 Zikeo Music powered by Zikeo.net