Working on a dream

Investiture du 44ième président des Etats Unis, half-time show du 43eme Superbowl. L'engagement et la passion de Springsteen ont définitivement dépassés les frontières de l'Amérique ; ceux qui ne connaissaient de lui que Born in USA, ont eu un aperçu de la valeur du Boss. La belle pochette de son dernier album le présente en icône, ce visage là de l'Amérique lui va bien : pas indemne mais solide et inexorablement optimiste... Alors certes l'album n'a pas l'étoffe d'un disque légendaire, mais c'est le Boss, et même s'il manque un peu d'ambition, il nous emmène plus loin à chaque écoute en revisitant l'air de rien l'Amérique, le Rock n' Roll et l'Amour.

th-bruce-springsteen-cover.jpgCet album articule plusieurs époques, styles et couleurs : il nous ballade du passé à l'avenir, du bluesy de Good eye au folk de Tomorrow never knows. Cet album est métissé donc, mais la principale source d'inspiration en reste l'inépuisable E Street band lui même, pour notre plus grand bonheur; à ce bémol près qu'ils ne se réinventent pas suffisamment... Les sons essentiels du rock and roll ont été absolument digérés par les membres du groupe. Ils sont le prolongement de leur corps... Le disque est donc nimbé d'une aura "classique", aux saveurs indémodables, mais cet opus a les défauts de ses qualités, tout ça paraît presque trop rodé, il manque l'impertinence musicale des enfants prodiges qu'ils étaient (cf. la splendeur de The Wild, the Innocent and the E Street shuffle et bien sur Born to run). On sait pourtant qu'il le sont encore ! Il y a bien quelques incartades vivifiantes (le siffloti de Bruce sur Working on a dream, les effets de voix de Patti (épouse et choriste du chanteur) sur Surprise, surprise...) mais elles sont souvent trop brèves et le saxo de l'incontournable Clarence Clemons n'est pas utilisé à sa juste valeur.

Je n'ai jamais pris de cocaïne, et Bruce Springsteen est l'homme qui sait faire de mon jus d'orange une substance absolument Rock n' roll ! Celui qui ne nous fait pas regretter une époque arrivée trop tôt pour nous, mais n'en est jamais indigne non plus. Alors quand le E street Band approche, la terre est supposée trembler (de joie, d'émoi, ou de rock dur, mais elle est supposée trembler). Ce disque est moins sauvage mais c'est assumé, il ne laisse jamais le goût d'un déclin. L'expérience d'un tel groupe a ses revers, mais dégage une puissance incroyable dès le premier titre de l'album : Outlaw Pete. Tout y est : le hors la loi drapé dans le fardeau de sa légende, sa mystérieuse amante, et la traque jusqu'au face à face tragique. Le lyrisme des violoncelles est immédiat, le rythme entêtant de la poursuite règne pendant 8 minutes, l'harmonica des westerns, les envolées de voix et les crescendos envoûtants rendent la chanson de plus en plus solennelle. Une patine nostalgique emphatise le romantisme de l'ensemble, et les réminiscences du plus célèbre thème de Kiss insérées dans ce tableau avec talent en font un magnifique morceau hors du temps. "We shall overcome" avait pour titre l'hymne des marches du mouvement des droits civiques. Springsteen réitère : il a foi dans le rôle fédérateur de la musique. L'album se nomme "Working on a dream", titre qu'il a chanté pour la première fois en meeting et exhorte à construire nos rêves (celui de Luther King ou celui de tout un chacun). Cette mélodie conviendrait parfaitement à un stade bondé dans un show haletant en finale du superbowl...

Il y a les chansons plutôt ratées, telles que Kingdom of days ou This life. Pour d'autres, un tel morceaux pourrait être passible de la « sentence Bon Jovi »: devenir un chanteur à minette sur le champs. "Le noir, puis la lumière d'un millions d'étoiles/ quand tu te glisse dans ma voiture le soir....". Puis il y a les chansons moyennement réussies : Queen of the supermarket ou My lucky day. Certains disent qu'elle est aussi fun que ces meilleurs hits des années 80. Life itself, et What love can do sont très réussies. Ce ne sont pas vraiment des morceaux de scène (l'essence même de Bruce),mais il n'est pas seulement un incomparable showman et c'est là toute sa classe. Life itself commence ainsi: « We met down in the valley... ». Moi aussi j'ai rencontré ce Bruce-là « down in the valley », by The River, et je rempile volontiers pour une autre ballade ou un texte déchiqueté et protecteur est porté par des instruments luxueux et adulte. Quant à What love can do, c'est la mega-mec' love-song de l'album; débraillée et sentimentale, délicieusement allusive, à la désinvolture torride. Le solo de guitare ne fait que confirmé ce qui sonnait déjà comme la promesse d'une nuit multi orgasmique ! Surprise Surprise est d'une médiocrité "surprenante surprenante" ! Springsteen sait d'habitude nous faire apprécier la légèreté d'une chanson sans th-springsteen-danny-clinch.jpgprétention, mais là... On croirait la démo d'un groupe à peine post boutonneux !

Pour fermer l'album, deux perles. Les musiques de film réussissent bien au Boss. Après Streets of Philadelphia il chante The Wrestler pour un vieux catcheur qui reprend le masque (Mickey Rourke). Une chanson mélancolique sur le ton de la confession, très justement, récompensée par un Golden globe. Enfin, The Last Carnival : Les chœurs sont célestes. Cette chanson scintille d'âme et d'humanité. Le Billy de la chanson c'est Dan Federici, pianiste du E Street band depuis le début, et emporté par le cancer en 2008. C'est le pendant onirique à Show must go on. Le défunt camarade partageait avec eux ce lieux ou les miracles se produisent qu'on appel la Scène. La voix de Springsteen est vieillissante, elle a du caractère et est déterminée dans l'amour. L'amitié c'est beaucoup d'amour. Ce sublime hommage vous arrache le cœur avec amour, vous déchire les tripes avec calme et bonheur. Lord Springsteen pour vous servir !

Les albums de Bruce Springsteen sont disponibles sur iTunes et Amazon !


›› Voir la fiche de Bruce Springsteen
›› Voir la biographie de Bruce Springsteen
›› Voir tous les articles de Bruce Springsteen
›› Voir toutes les chroniques de Bruce Springsteen
›› Voir toutes les interviews de Bruce Springsteen
›› Voir toutes les photos de Bruce Springsteen
›› Voir toutes les videos de Bruce Springsteen
Label : Columbia
Les Commentaires des ZikeoNautes
luli le 02/03/2009 à 23:08
Que reste-il de Springsteen ? Du talent, de l'énergie, certes.Quelques jolies perles dans cet album, ok ! Mais que reste t-il vraiment des production tel que Nebraska, Born to Run, Th River. Rien ! ET cela peut-être parce que le boss est produit par Brendon O'Brian !!! Il serait peut-être tant de changer votre ingé son Mr Springsteen .
Zezette le 18/02/2009 à 12:56
tu y vas un peu fort quand meme(zinzin)!mais lol quand meme pour la formulation.Je ne suis pas fan non plus mais j adore "41 shots"
zinzin le 16/02/2009 à 23:07
encore heureux que votre redac' chef vous ai demandé de faire plus court car un peu plus et vous alliez nous décréter les années 90 comme flamboyante ! Oh les enfants SPringsteen dans toute sa carrière a pondu 3 grosses merdes, Lucky Town, human Touch et son UNPLUGED ! Ces trois navet ont été fait dans les 90's. ALors venir dire que le Boss c'est les années 80 qui ne lui on pas réussi c'est comme nier l'existence des chambres à gaz ! C'est un comble...
L'Actu Musicale en continu
bruce springsteen, bruce...
  ROCK
A 66 ans, Bruce Springsteen impressionne par son énergie sur scène et...
01/09/2016
bruce springsteen, bruce...
  ROCK
Le rockeur américain Bruce Springsteen, accompagné de son mythique E...
27/08/2016
bruce springsteen, chapter and...
  ROCK
Bruce Springsteen sortira le 23 septembre prochain, "Chapter and Verse",...
19/08/2016
bruce springsteen, loi...
  ROCK
Bruce Springsteen vient d'annuler un concert normalement prévu en...
10/04/2016
bruce springsteen, bruce...
  ROCK
Le rocker américain Bruce Springsteen a invité sa maman de 90 ans à...
31/03/2016
Bons plans
Vidéos
Photos
Radio
Archives
Annuaire
Ajouter aux favoris
Zikeo
Pour tout savoir avant tout le monde
Rechercher dans
Zikeo
Trouvez un groupe ou un artiste
Partagez vos coups de coeur et coups de gueule sur Zikeo