Connectez-vous

Scène française

Nouvelle Vague

Interview

Publié

le

Nouvelle Vague 5

Le nouvel album du groupe Nouvelle Vague est enfin dans les bacs, intitulé « NV3 », ce nouvel opus met en valeur, avec l'aide de ses voix féminines, des chansons à la pertinence intacte.

th-nouvelle-vague1.jpgMarc Collin, Olivier Libaux, vous êtes les cofondateurs de Nouvelle Vague. Pour ceux qui ne connaissent pas encore votre pédigrée, est-ce que vous pouvez nous donner quelques repères ?
J'ai besoin d'une demi heure montre en main ! Olivier est né dans les années 20. Fernandel… Mon parcours débute à la fin des années 80. J'ai écouté des disques et après j'ai essayé d'en faire, ce qui n'est pas aussi simple qu'on le croit. J'ai fait un groupe qui s'appelle « Les objets », un groupe pop. Ensuite j'ai collaboré avec pas mal de gens, j'ai démarré mes projets solos. L'un s'appelle L'héroïne aux bains et l'autre Imbécile.

Marc Collin ?
J'ai commencé aussi dans les années 80. J'ai fait de la house assez rapidement, j'ai sorti des albums en 92 et 94, sous des noms de coureurs cyclistes. Indurain et Ollano, pour être précis. Ensuite j'ai travaillé avec des gens comme Helena Noguerra, j'ai fait des bandes originales de films. J'ai fait pas mal de choses électro, jusqu'en 2004 où j'ai eu cette idée de faire ce projet, Nouvelle Vague. Qui aurait pu s'appeler Eddy Merckx, à quelque chose près.

Comment vous vous êtes trouvés ? Ça fait un petit moment que vous collaborez ensemble. Quelle est votre complémentarité ?
Le terrain d'entente se situe sur les musiques qu'on apprécie ou qu'on n'aime pas. Il y a quelque chose de commun, c'est la musique de film et la new wave. Marc est le premier que j'ai rencontré qui a osé me dévoiler son amour de la new wave, dans les années 90. Plus difficile qu'un coming out ! On s'est dit qu'on allait parler de new wave, et en réécouter. Dans les années 90, tous les disques enregistrés entre 77 et 83 sombraient petit à petit dans l'oubli. On s'est trouvé cet amour commun pour la new wave.

En même temps, si on regarde bien tous les intervenants, on s'aperçoit qu'on rogne un peu sur le début des années 90. Qu'est-ce qui a de fascinant dans ces années 80 qui mordent un peu sur deux décennies ?
C'était une période extrêmement créative. Tout est né du punk. Les gens ont dit qu'ils en avaient marre des groupes où il fallait faire 20 ans de solfège pour faire de la musique. « On va tout casser, et monter un groupe même si on ne sait pas en jouer ». Les jeunes se sont retrouvés là dedans. Il y a eu naissance d'énormément de groupes dans le monde, avec un peu de retard dans d'autres pays mais en tout cas en Angleterre et au Etats-Unis. Ça a aussi coïncidé avec des moyens de production de musique. Les synthés sont devenus abordables. Les premières boites à rythme, les studios, ont fait une sorte de baby boom de plein de styles musicaux. C'était hyper créatif. On dit toujours qu'on attendait le nouvel album d'un groupe important, il en sortait un chaque semaine. On n'écoutait absolument pas la musique du passé, on n'avait plus le temps ! Il y a quelque chose de fascinant dans cette période, le fait que les punks aient dit que même si tu ne sais pas jouer la guitare, tu peux faire un disque, ça a donné pléthore de groupes excellents. L'autre chose est que les groupes enregistraient un album tous les six mois. Les trois premiers albums des Stranglers sont concentrés sur 1 an et demi. C'est assez fort au regard de la qualité des disques. Il y a donc une énergie complètement dingue sur cette période. En plus, ces groupes étaient tous en train d'inventer leurs propres sons. De 78 à 83, il y a eu une effervescence de nouveaux sons qui sont tous très distincts. Tout le monde connait le son de The Cure mais le son de The Cure n'est pas le même que celui de Joy Division ou de celui des Stranglers. Chacun avait une identité extrêmement forte. Et il y avait une confiance dans le présent et dans l'avenir. On osait, quand on avait un nouveau synthé, on le retrouvait tout de suite dans les enregistrements. Il y avait une foi qu'on a plus du tout aujourd'hui.

Il y avait deux courants qui s'affrontaient un peu. Celui qui a mal veilli, il y a eu comme une pause, c'est la new wave commerciale, celle qui a rencontré le plus grand nombre ?
C'est celle des corbeaux, comme on le dit méchamment parfois. Tous ces groupes qui sont parti de « je ne sais pas faire de musique » sont devenus des groupes qui ont fait des tubes immenses. Il y a Depeche Mode, pratiquement tous, les Simple Minds, les Clash… Ils sont devenus mythiques. Chaque groupe a touché un très large public, bien au-delà du punk ou du new wave. On était en France, tout ça était décalé, mais on était accroc à cette musique.

th-nouvelle-vague2.jpgNouvelle vague, vous avez adopté très vite une sorte de code déontologique, un parti pris. Vous me rappeler lequel, après trois albums ? Il faut reprendre des morceaux new wave post punk. Qu'est-ce qu'un groupe new wave ou post punk ?
C'est un groupe qui est né avec le punk, on garde une période qui va de 77 à 85 maximum. Il faut essayer de réarranger le morceau dans un style antérieur. On va au maximum jusqu'à la date de naissance du morceau. On transpose le morceau qui a été crée dans les années 80 dans une autre dimension musicale. C'est le principe de départ de Nouvelle Vague est de transposer les morceaux new wave exclusivement en bossa nova du Brésil des années 60. C'était très intéressant à faire. On prenait cette musique créée dans l'Angleterre en révolte, grise, et on la transpose dans le Brésil des années 50-60. En tenant compte du fait que la bossa nova était également un mouvement contestataire, mais moins dans le hurlement et l'agressivité, puisque la bossa est une musique douce, plus dépouillée. Les artistes de la bossa nova originelle souhaitaient par la poésie faire bouger des choses dans leurs pays.

L'idée était d'amener une autre résonnance, un autre environnement musical pour une chanson mais de respecter les auteurs compositeurs ?
D'une certaine manière, on veut prouver que ces gens qui ne connaissaient pas la musique ont écrit des chansons qui sont devenues des classiques. Quand on parle du punk ou de la new wave, on parle de la coupe de cheveux, le maquillage… On oublie souvent qu'ils ont écrit des chansons qui sont des merveilles pop. En gardant uniquement la mélodie et le texte, en transformant totalement la chanson, on prouve qu'elle tient le coup. Tout est possible.
Label : Pias

Articles tendances

Copyright © 2009 Zikeo.net

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !