Connectez-vous

People

Interview Kendji Girac

À l’occasion de ses premiers pas devant la caméra, Kendji Girac se confie sur cette nouvelle aventure.

Publié

le

Interview Kendji Girac
Crédit photo : TF1

Kendji Girac ajoute une nouvelle corde à sa guitare en incarnant son premier rôle pour TF1 dans « Champion », une fiction qui sera diffusée le 5 septembre prochain sur la chaine. Il y incarne Zach, un jeune menuisier souffrant d’illettrisme. Une interprétation d’une grande sincérité, à l’image de l’artiste qui attendait un projet le touchant profondément pour faire ses premiers pas devant la caméra. L’occasion de revenir avec lui sur cette aventure incroyable.

Champion marque vos premiers pas en tant que comédien. Cette nouvelle aventure représente-t-elle une suite logique dans votre parcours d’artiste ?
J’avais envie de jouer devant une caméra depuis longtemps, mais j’attendais un projet qui me corresponde vraiment. Je souhaitais que ce premier rôle soit l’occasion de faire passer un message important à mes yeux. Je suis donc resté patient, me concentrant sur ma musique. Je me suis laissé tenter par TF1, où je suis en totale confiance, et par ma deuxième famille dont font partie la réalisatrice Mona Achache et Fabienne Arbelot, productrice chez Vema Production. Lorsque je me suis senti prêt à tourner ce film et à parler de l’illettrisme, nous nous sommes lancés tous ensemble dans cette grande aventure, dont je suis très fier. 

A quel point ce film est-il autobiographique ? 
A chaque page du scénario, je me retrouvais un peu en Zach, ce jeune garçon doué de ses mains. Amoureux de la nature, il construit des cabanes dans les bois avec son père et voue une passion à la boxe, qu’il enseigne bénévolement aux enfants lorsqu’il en trouve le temps. Nul ne peut deviner qu’il souffre d’illettrisme car son secret est bien gardé, même si la situation commence à devenir intenable lorsqu’un accident vient remettre en question l’équilibre familial…  J’ai été très touché par l’histoire de Champion, que je trouve incroyable. Plus jeune, j’ai éprouvé des difficultés à lire et à écrire car je n’ai pas eu un parcours scolaire classique du fait de mes voyages. Être souvent sur les routes implique une organisation différente pour étudier. Comme Zach, j’ai enfoui ce problème au fond de moi et, dans un premier temps, je n’ai pas voulu en parler, avant de vouloir crever l’abcès, convaincu que cela aiderait sûrement tous ceux qui rencontrent les mêmes difficultés. 

Comme Zach, avez-vous regretté que vos proches ne vous soutiennent pas dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture ? 
Plus jeune, je ne pensais pas vraiment aux études. Forcément, j’aurais préféré aller un peu plus à l’école pour être plus serein par la suite et savoir écrire correctement. La grammaire est si complexe qu’il faut des années d’apprentissage pour la maîtriser. La langue française, l’orthographe, les sonorités sont autant d’obstacles lorsque l’on ne connaît pas les bases. J’aurais aimé être un peu plus soutenu mais d’un autre côté, j’avais d’autres expériences à vivre à travers les voyages, d’autres valeurs à partager avec les miens. Je me suis toujours senti équilibré. Par la suite, ce fut un peu compliqué mais lorsque j’ai ouvert les yeux et réalisé que pour avancer, je devais dépasser ce problème, j’ai fait tous les efforts possibles pour atteindre mon but. 

Avez-vous envisagé de baisser les bras ? 
Je suis un combattant ! J’ai toujours eu soif de réussir à faire ce que je ne savais pas ou ne maîtrisais pas. Depuis tout petit, je suis comme ça ! J’ai beaucoup appris seul, avec des sens que j’ai moi-même développés. Le déclic a eu lieu quand j’ai découvert le monde de la télévision et de la musique avec The Voice. Lorsque j’ai commencé à donner des interviews, j’ai réalisé l’importance de bien s’exprimer. Or, il m’arrivait de ne pas comprendre certains mots, sans oser l’avouer. J’avais 17 ans, je découvrais ce milieu et je gardais encore tout pour moi. Puis, j’ai rencontré mon équipe, aussi incroyable que bienveillante. Je me suis assez vite confié à elle et nous avons pu surmonter cette difficulté ensemble. J’ai avancé à mon rythme. Désormais, je n’ai qu’un souhait : aider à mon tour les autres à travers ce film.  

Quel est l’impact de l’illettrisme sur une vie personnelle, sur une carrière de musicien comme la vôtre ? 
La gêne est quotidienne, mais encore une fois, on peut toujours s’en sortir grâce à l’apprentissage. Il est capital d’être suivi. Dans tous les cas, il y a toujours une solution. Il faut simplement ne pas se renfermer sur soi. L’illettrisme ne doit pas être un sujet tabou. Ce n’est pas quelque chose de grave alors, parlons-en avec sincérité.  

Qu’en est-il plus spécifiquement dans la communauté gitane ? 
Bien entendu, c’est un problème qui existe. Certains de mes amis en souffrent encore et je pense souvent à eux. Cependant, s’il y a 2 500 000 personnes illettrées en France, je ne pense pas qu’il s’agisse uniquement de gitans ! Toutes les communautés sont touchées, y compris en Europe et dans le monde entier. Ce n’est pas non plus un problème de génération. 

Vous êtes élagueur de profession. L’usage de vos mains vous a-t-il permis de combler votre faiblesse à l’écrit et à l’oral ? 
Bien sûr. J’ai connu un peu le même parcours que Zach. Plus jeune, j’avais déjà un travail. J’étais élagueur avec mon père dans le Sud-Ouest. Mon temps libre était dédié à ma guitare. Voilà pourquoi j’ai un peu abandonné l’écriture et la lecture. Je me régalais à travailler le bois. C’est un métier incroyable et pourtant, tellement dur et physique. Il me servait même de sport ! L’élagage comblait tant de choses que j’ai mis ma scolarité de côté. L’erreur est là, tout comme celle de Zach qui oubliait ses cahiers pour suivre son père en forêt et construire des cabanes avec lui… 

Quels souvenirs gardez-vous de ce tournage ? 
Il a été très intense. De la production à la réalisation en passant par les comédiens, nous avons mis tout notre cœur dans ce magnifique film. Nous avons tourné au mois de janvier, dans la région de Marseille. La lumière en cette période de l’année, rend la nature, particulièrement les arbres comme les pins parasols, encore plus belle. J’ai découvert des comédiens exceptionnels et je me suis régalé même si je devais toujours rester concentré. Faire de la boxe m’a permis de m’entraîner et de pratiquer un sport que j’apprécie. J’ai donc joint l’utile à l’agréable ! Par ailleurs, Jean-Michel Tinivelli, qui incarne le directeur de la salle de boxe, est un coach hors pair ! J’ai retenu pratiquement 95 pages par cœur au rythme de longues séances de répétition à l’hôtel. Je me suis plongé corps et âme dans le rôle de Zach. Pourtant, j’appréhendais ce premier rôle. Plus le premier jour de tournage arrivait, plus je stressais, et plus les nuits étaient compliquées car je me posais plein de questions… Je voulais que tout soit parfait. Je suis fier de ce premier film qui me ressemble. J’y ai mis toute ma sincérité et mon cœur. 

Quel message souhaitez-vous faire passer à travers ce film ? 
Il ne faut jamais baisser les bras et surtout, ne jamais perdre espoir. Il y aura toujours quelqu’un pour vous aider à vaincre vos difficultés. On peut combattre ses propres démons. Il faut aller jusqu’au bout car à la clé, il y a la fierté de savoir lire et écrire. Cela n’a pas de prix ! 

Vous êtes un chanteur populaire, connu et reconnu. Êtes-vous prêt à mettre votre notoriété au service de cette cause ? 
Maintenant, oui ! Cette grande histoire fait partie de ma vie. Je suis désormais prêt à me donner à fond pour ceux qui en ont besoin. Je suis leur porte-parole. Je n’ai que 25 ans et j’ai la chance immense de pouvoir peut-être toucher du monde en m’exprimant sur l’illettrisme et en évoquant mon expérience. C’est mon choix. J’ai envie de mettre à profit ma notoriété pour parler au plus grand nombre, à la jeune génération bien sûr, mais aussi à toutes les autres. 

LES ALBUMS DE KENDJI GIRAC SONT DISPONIBLES ICI

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Copyright © 2009 Zikeo.net

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !