Le 04/09/2008 par Olivier Granoux
Note :

Maxime Le Forestier en interview

Qu'a t'il fait durant ces huit années qui le séparent de "L'écho des étoiles" (2000) ? Actuellement en tournée dans toute la France, Maxime Le Forestier nous répond et nous parle de son dernier album, de sa tournée, et de ses collaborations.

th-le-forestier-photo2.jpgHuit ans séparent votre dernier album "L'écho des étoiles" de ce nouvel album "Restons amants". Ça n'a pas été huit années inactives. Est-ce que vous pouvez nous raconter les différents projets que vous avez menés pendant ces huit années ?
"L'écho des étoiles" sort en 2000 si je me souviens bien. Après j'ai fait deux ans de tournée avec trois guitaristes Jean-Félix, Manu Galvin et Michel Aumont. On a fait plus de 200 concerts. Après j'ai été approché par Elie Chouraqui pour écrire des chansons pour un spectacle musical qui s'appelle "Gladiateurs". Ça m'a pris deux ans. Il y avait vingt cinq chansons à faire. C'était passionnant. Ça n'a pas marché comme les producteurs le voulaient mais je suis content de l'avoir fait. Après ça, je voulais finir l'enregistrement de mon intégrale Brassens. On avait enregistré la moitié à la fin des années 90. J'avais l'autre moitié de son oeuvre à enregistrer. Je crois qu'il restait quatre-vingt cinq chansons. Je voulais les enregistrer en public. J'ai donc fait encore 270 concerts. Deux ans. Si tôt finie cette dernière tournée Brassens, j'avais réalisé ce que je voulais réaliser, je me suis mis à écrire l'album. Ça ne m'a pris qu'un an.

La chanson titre, qui donne son nom à l'album, "Restons amants", a une histoire très particulière avec Julien Clerc. Est-ce que vous pouvez nous raconter ça ?
Julien et moi, ça fait très longtemps qu'on se connaît et qu'on écrit des chansons ensemble de temps en temps. Je suis très honoré de faire partie de son équipe de paroliers. Il y a quand même de jolis noms. Avec Julien, on s'est beaucoup vu en 2007. On était à Paris tous les deux, on n'habitait pas trop loin l'un de l'autre. On s'est vu et on a fait pas mal de chansons ensemble, dont "Restons amants". Les chansons avec Julien ça peut se passer de deux façons différentes. Soit je lui fais lire un texte et il le met en musique, soit il me fait entendre une musique et je mets un texte dessus. On a expérimenté les deux. Là c'est un texte que j'avais écrit. Je lui ai envoyé un texto. Ça fonctionne comme ça, il ne répond pas au téléphone puisque c'est une star. Je lui ai envoyé un texto en lui disant "J'ai un texte pour toi, pour moi, je ne sais pas". Il arrive. Il lit le texte. Il me dit "C'est bien ça". Et il s'en va sans dire au revoir. Il m'appelle deux heures plus tard en me disant "ça y est, j'ai fait la musique. Je te préviens c'est inchantable. Ça ne fait rien, je la garderai pour moi". Là ça a fait tilt, je me suis précipité chez lui pour écouter. Pour moi, c'est inchantable dans le ton où il la chante, puisqu'il a une voix plus haute que moi. Je lui ai fait tout baisser et c'est chantable par un mec normal. C'est ce que je lui ai envoyé en texto. "On la transpose en Si mineur et c'est chantable par un mec normal".

Résultat ?
Résultat, moi je l'ai enregistré. Lui il l'a enregistré sur son album qui sort à la rentrée. Je n'ai pas encore entendu sa version, plus lente paraît-il et évidemment plus haute. Donc voilà une chanson qui est née sous une bonne étoile puisqu'avoir deux enregistrements la même année, c'est rare.

Vous avez dit que vous connaissez Julien Clerc depuis très longtemps. Je crois que c'est Léo Ferré qui avait insisté pour que vous vous rencontriez ?
th-forestier-photo5.jpgIl n'avait pas insisté. Il nous avait pourris la tête pendant vingt minutes. Il était fou de rage, c'était vers 1975 si je me souviens bien. Il était fou de rage car les Québécois Vigneault, Charlebois et Leclerc, les trois générations de chanteurs québécois, avaient fait un album ensemble "J'ai vu le loup, le renard et le lion", avec "Quand les hommes vivront d'amour". Il nous a pourri la tête parce qu'on n'avait pas eu l'idée avant. Il avait des projets d'oratoriaux qu'il écrirait, qu'il dirigerait, et que nous chanterions sous sa direction. Julien avait les deux pieds sur le frein évidemment. Moi j'étais plutôt positif là dessus, je trouvais ça marrant. Mais c'est en sortant de sa loge qu'on s'est dit "C'est vrai, il a raison. On est contemporain. On a le même âge. On fait le même métier. Un auteur et un compositeur, et on ne fait rien ensemble ?". C'est là que j'ai écrit mon premier texte pour Julien qui s'appelait "A mon âge et à l'heure qu'il est". Après on a continué.

Vous êtes connus, reconnus même, pour vos chansons contestataires. Avec "Restons amants", vous sortez un peu de ce registre.
Il y a quelques années que la chanson contestataire n'est plus obligatoire sur mes albums. C'est une décision. Je ne voulais pas que « contestataire » soit un métier. Est ce que Né quelque part est une chanson contestataire ? Je ne sais pas. Mais même dans mon premier album, c'est vrai qu'il y avait Le Parachutiste, mais il y avait aussi Education Sentimentale, Mon Frère... J'ai toujours essayé d'écrire ce qui me  chantait et de chanter ce qui me passait par la tête. Quelque fois on est amoureux, quelque fois on lit le journal.

Quand vous jouez Brassens pendant trois ans je crois...
En tout oui.

Est-ce qu'il y a une influence sur votre façon de composer les nouvelles chansons ?
Non, ça a une influence sur la façon de les réaliser mais pas de les composer. Vous savez, je chante Brassens depuis que j'ai quatorze ans donc ça fait partie de moi. Ce sont ces chansons là qui m'ont fait découvrir la chanson, la guitare. Il y a longtemps que j'ai réglé mes problèmes de filiation ou de liaison avec l'écriture de Brassens. En revanche, pour cet album là, je me suis souvenu d'un conseil de Brassens qui m'avait dit : "Pour juger si une chanson est bonne, tu te lèves à la fin d'un repas et tu chantes la chanson juste en tapant le rythme sur la table. Si tu arrives à les émouvoir comme ça, après l'arrangement ce n'est pas important". Alors je n'ai pas été aussi radical. Mais je me suis dit que je ne parlerais pas à un musicien accompagnateur tant que je n'aurais pas mes douze chansons qui sonnent avec une guitare et une voix. J'ai rajouté un peu d'harmonie. C'est dans ce sens que peut-être Brassens m'aura influencé, plus que dans la façon d'écrire. Parce qu'on n'est pas de la même génération, de la même culture. La mythologie est très présente chez Brassens, Cupidon... Moi je n'utilise jamais ce genre de références. Il y a quand même des différences très importantes.

Il y a une artiste sur votre album, Emmanuelle Béart, dans un très beau duo qui s'appelle Hymne à la soie. Vous pouvez nous raconter comment vous avez réussi à la convaincre de passer derrière le micro ? C'est une chanson qui existe depuis un petit moment je crois.
th-maxime-le-forestier-phot.jpgC'est elle qui souhaitait, il y a une quinzaine d'années déjà. Elle m'avait contacté pour que je lui écrive des chansons. Je lui avais écrit "Hymne à la soie". J'avais fait un essai avec elle en studio, avec Michel Amsellem au piano, je m'en souviens. L'essai n'était pas concluant parce qu'elle avait une voix très fragile. Avec le nom qu'elle portait je trouvais qu'il ne fallait pas qu'elle fasse un disque de comédienne. Il fallait qu'il y ait une vraie émotion dans la voix, qu'on n'achète pas le disque pour son nom mais parce que c'était beau. Il fallait quand même pour obtenir ça travailler un petit peu la voix. Il fallait vraiment s'immerger pour plusieurs mois. C'est vrai qu'un acteur c'est quelqu'un qui joue un personnage. Un chanteur c'est quelqu'un qui dit «Je ». Donc c'est plus que du travail de respiration et du travail technique. C'est un travail qu'il faut faire sur soi pour arriver à trouver sa propre voix. Et c'est vrai que chez les acteurs c'est souvent un point délicat. Il me fallait quelques mois et les seuls moments où elle avait six mois devant elle c'est quand elle était enceinte et elle avait d'autres choses à faire que de faire un disque. Et elle a eu raison d'ailleurs. Donc pour répondre à votre question de toute à l'heure, c'est moi qui l'ai rappelé il y a quelques mois pour lui dire "Ecoute, je ne voudrais pas quand même que cette chanson meure, j'en fais un duo, est-ce que tu viens la chanter avec moi ? Parce que personne d'autre que toi ne chantera cette chanson. Donc si tu ne veux pas je la jette." Le chantage a marché.

Comment va se composer le nouveau spectacle ? Est-ce que ça sera surtout les nouvelles chansons ? Est-ce que vous allez les mélanger avec l'ancien répertoire ?
Ça se passe toujours de la même manière. Au départ, je mets toutes les nouvelles chansons, sauf Hymne à la soie parce que si Emmanuelle n'est pas là ça n'a pas de sens. Il y a donc onze nouvelles chansons. Le reste ce sont des anciennes, plus quelques petites surprises. Et si je m'aperçois au fil des premiers concerts qu'il y a des chansons du nouvel album qui n'intéressent pas les gens, je les jette. C'est comme ça que la sélection se fait. Ça se fait dans la première semaine. On les déplace, une fois qu'une chanson a fait trois places et qu'à chaque fois il y a eu Clap Clap et les gens attendent... On se dit "Celle là ce n'est pas pour aujourd'hui". Elle reviendra peut-être plus tard. Ou elle mourra.

Y a-t-il des villes que vous attendez plus particulièrement ? Des espèces de rendez-vous où à chaque fois que vous y allez c'est un plaisir ?
Non, l'histoire public du nord, public du sud, je n'y crois pas du tout.

Vous avez quand même une relation très particulière avec la Corse, parce que je crois que vous démarrez de la Corse ?
Oui, toujours. Erbalunga, les pauvres, ce sont eux qui profitent de mes expériences. J'avais démarré Brassens chez eux, j'avais démarré "Plutôt guitare" chez eux aussi. J'aime bien cet endroit, c'est mon village. C'est Roger Caratini qui dit "On n'est pas Corse, on est d'un village Corse". Ce village là m'a adopté. Je n'ai pas de maison là-bas, je squatte chez l'un chez l'autre ou je loue. Mais j'y suis heureux. Ce sont des goûteurs de chansons. J'aime bien avoir leur avis.


›› Voir la fiche de Maxime Le Forestier
›› Voir la biographie de Maxime Le Forestier
›› Voir tous les articles de Maxime Le Forestier
›› Voir toutes les chroniques de Maxime Le Forestier
›› Voir toutes les interviews de Maxime Le Forestier
›› Voir toutes les videos de Maxime Le Forestier
Label : Polydor
Crédits photos : D.R
Les Commentaires des ZikeoNautes
marieclaire le 02/12/2008 à 19:29
j'adore vos chansons, vous êtes remarquable. Je voulais juste vous faire parvenir un texte rédigé : La vie n?est faite que d?embûches Où il faut savoir constamment relever les défis En restant positif Mais à force de se battre, de vouloir s?investir Qu?en retiens-nous en retour ? Rien comme résultat C?est un système superficiel Où on nous fait miroiter Qu?il faut relativiser Devant la crise Qu?elle est passagère Qu?il faut relever la tête Et relativiser devant les problèmes Trop facile de parler ainsi Trop facile de dire que C?est un passage difficile à vivre Et que les jours meilleurs viendront Mais en attendant il nous faut souffrir Dans le silence Et accepter ce que nous offre la vie Car elle n?est pas si triste que cela Il y a des personnes qui vivent dans des situations Bien plus pénibles que nous Ce n?est pas pour cela Qu?il nous faut accepter cette situation Où l?injustice domine Où ce n?est que l?indifférence et l?égoïste Ce n?est pas en restant seul Que nous arriverons à surpasser ces obstacles A qui pouvons-nous faire confiance dans ce monde de brut ? Même à la politique on voit bien que tout cela N?est que du pipo Que le pouvoir passe avant le bien être de chacun Cet état d?esprit ne saura pas la meilleure façon De trouver les vraies solutions L?argent, le pouvoir sont leur seule force Qui contribueront à leur bonheur superficiel Mais les vrais problèmes de la vie Ne seront jamais résolus Qu?en ne voyant que ces problèmes personnels C?est seulement ensemble Que nous pourrons arriver à se battre Pour dire non à l?injustice Que tout le monde aimerait avoir un travail pour survivre Mais que le système actuel ne fait rien pour aider les gens A s?en sortir Rien pour nous soutenir Ce système n?aide que les entreprises à s?enrichir plus Tout en licenciant plus pour mettre à profit plus d?argent Ouvrons plus les yeux Pour qu?ensemble Nous disions non A cette hypocrisie de plus en plus grande Arrêtons de nous plaindre Mais agissons ensemble Pour dire non à cette injustice Combien la misère est de plus en plus grande Beaucoup n?ont plus ou pas de famille pour les aider Qu?ils se retrouvent dans la rue Dans le froid Et ne souhaitent aucunement aller dans un foyer Car ils sont déjà mal psychologiquement Pour supporter les autres Ils préfèrent mourir Que de continuer à vivre A lutter pour souffrir A quoi bon ? Leur vie a été trop marquée par la souffrance Aussi bien physiquement que moralement Qu?ils ne demandent plus rien Si ce n?est que de les laisser tranquilles Fait le 02/12/2008 Marie-Claire MONTAGNA
L'Actu Musicale en continu
mr roux, interview, erwan roux,...
  SCèNE FRANçAISE
Au fil des concerts, Mr Roux et ses deux comparses se font peu à peu...
27/08/2008
etienne daho, l'invitation,...
  SCèNE FRANçAISE
A l'occasion de la sortie de son dernier album "L'invitation", Zikeo.com...
20/06/2008
eddy mitchell, jambalaya tour,...
  CHANSON
Faisant suite à "Jambalaya" son dernier album certifié Platine et à une...
15/11/2007
nicolas peyrac, vice versa,...
  SCèNE FRANçAISE
Nicolas Peyrac fait un retour très attendu et plutôt réussi avec un...
15/05/2006
gainsbourg, revisited, chanson...
  SCèNE FRANçAISE
De Placebo à Franz Ferdinand, la scène anglo-saxonne s’est réuni pour...
13/03/2006
Bons plans
Vidéos
Photos
Radio
Archives
Annuaire
Ajouter aux favoris
Zikeo
Pour tout savoir avant tout le monde
Rechercher dans
Zikeo
Trouvez un groupe ou un artiste
Partagez vos coups de coeur et coups de gueule sur Zikeo