Connectez-vous

Artiste

The Divine Comedy

Publié

le

En 1989, une première mouture de Divine Comedy sort l'album « Fanfare For The Comic Muse », mais le groupe se sépare aussitôt après. Neil Hannon poursuit seul l'aventure Divine Comedy, avec des apparitions ponctuelles d'autres musiciens au gré des albums.

Recentré sur sa chambre de jeune homme, il enregistre, avec les moyens du bord les chansons qui composeront Liberation. Ce premier « véritable » album sort en 1993 et le personnage facétieux de Neil Hannon connaît un grand succès, particulièrement en France. L'année suivante, son frère jumeau, Promenade sort. Doté d'un peu plus de moyens, il évoque souvent l'univers de Peter Greenaway, mais laisse une large place à l'art (les paroles de The Booklovers sont une simple suite de nom d'écrivains, When The Lights Go Out utilise un extrait d'un film de Godard). La France craque définitivement, le jeune homme en tirera alors une chanson d'amour amer, The Frog Princess, évoquant ses amours avec une animatrice radio française.

Neil Hannon mettra pourtant deux ans à produire ce troisième album qu'est « Casanova ». Beaucoup plus ambitieux, il laisse le chanteur plein de doutes, et ce n'est que lors d'une rencontre avec la chanteuse Bjork, pour le magazine Les Inrockuptibles, et sur les encouragements de cette dernière, qu'il reprendra confiance en lui. L'album sortira en 1996 et implantera durablement le jeune homme dans le paysage de la pop anglaise de l'époque.

Très vite, il enchaine alors avec un mini-album enregistré avec un grand orchestre « A Short Album About Love » qui sort en 1997. Huit chansons d'amour écrites dans l'urgence, la petite histoire voulant qu'après avoir fait du ski nautique, Neil Hannon comprenne que sa vie ne tenait qu'à un fil, et qu'il ne fallait donc jamais perdre de temps… L'album sera suivi d'une tournée symphonique qui laissera l'artiste et son label exsangues.

En 1998, il signe Fin de Siècle, dernier album pour son label d'origine (les anglais de Setanta), un album où l'Irlandais a fait visiblement le tour des orchestrations et des univers pompiers. Il sera reçu timidement par la critique, le poussant à une grande remise en compte, qui donnera Regeneration.

En 2001, Neil Hannon souhaite que The Divine Comedy devienne un vrai groupe et que chacun puisse s'exprimer. C'est ainsi que le groupe sort un album plus commun, Regeneration, produit par Nigel Godrich (producteur de Radiohead), avec une grande place laissée aux guitares. Paradoxalement, cet album marque la fin du groupe. Hannon se rend compte qu'il souhaite écrire une musique très orchestrée, incompatible avec une configuration de groupe dans laquelle tout le monde s'exprime. Il dissout alors le groupe et continue seul (tout en conservant le même nom de groupe).

En 2004, sort « Absent Friends » (écrit entre 2001 et 2003), qui renoue avec le style des années 90 du groupe. Hannon le vit comme un retour aux sources. En 2006 sort le dernier album « Victory For The Comic Muse », dont le nom fait référence au roman Avec vue sur l'Arno (« I have won a great victory for the comic muse »).

On peut également noter la présence de l'accordéon de Yann Tiersen dans l'une des chansons, Sticks and Stones.

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances