Connectez-vous

Scène française

Gérald Genty Nul si pas découvert

Gérald Genty Nul si pas découvert

Publié

le

Gérald Genty <i>Nul si pas découvert</i> 5

Toujours un carnet de notes à portée de main, il ne voit pas le monde comme nous. Loufoque et mélancolique, l'univers où il évolue n'en finit pas de se développer, surprendre et séduire. Pas très loin d'un autre franc-tireur de la chanson française, le regretté et inclassable Nino Ferrer, capable de sauter d'un morceau drôle et léger à un autre beau et triste à pleurer. Gérald, tel le grand Nino, aime le contraste, les décalages et ne pas se prendre au sérieux.

th-gerald-genty.jpgGérald Genty continue de la voir comme un artisanat sensible à la façon d'un Mathieu Boogaerts. Mais il ne suit décidément personne, comme le prouve « Nul si pas découvert », le troisième et le plus ambitieux des albums. Après « Humble Héros » (2004) et « Le plus grand chanteur de tout l'étang » (2006) qu'il avait bricolés essentiellement seul, avec parfois le renfort de copains, Gérald a eu envie de bouleverser ses habitudes, de remplacer les boucles par plus de vie grâce à des arrangements charnus et sensuels, « les changements, je mens pas, je les dois aux doigts de gens gentils et sains sympas venus pas nus faire écho dans mes chansons…« . Il a ainsi proposé à son complice sur scène, le contrebassiste Sylvestre Perrusson (qui a collaboré avec des gens aussi divers que Camille, Rubin Steiner, Claire Di Terzi ou Forgette mi note) de réaliser ce troisième album, lui laissant même carte blanche. Avec l'aide de Pablo Pico, le batteur habituel de Gérald, Sylvestre a ajouté des couleurs baroques aux chansons, insufflant ici ou là du swing hérité du jazz ou la chaleur d'un orgue Farfisa, le grain de percussions ou la noblesse d'un cor (« Trop heureuses les poules »).

Mais toujours en respectant l'esprit décalé qu'affectionne Gérald : « pour les cuivres, je les voulais les plus originaux possibles, qu'on n'hésite pas à les bousculer« , explique le chanteur ravi. Ayant toujours l'esprit de contradiction, ce jeune homme enjoué ajoute : « quand je travaille avec des musiciens, je leur demande souvent de m'arracher des larmes, de jouer des accords tristes ». Ce désir de contraste voit son illustration sur « Atelier moicramé » où de délicieux choeurs au parfum sixties (dus à la charmante chanteuse de Caravan Palace) font leur apparition. Cette chanson reflète bien l'état d'esprit iconoclaste de Gérald. D'apparence légère et désinvolte, « Atelier moicramé » résume de manière exemplaire la méthode Genty : avec le sourire aux lèvres, Gérald y aborde en effet un sujet gravissime, celui des inconscients qui s'exposent en plein cagnard et risquent le cancer de la peau. « On l'a mise en scène de manière joyeuse, avec des cuivres et des choeurs à la Walt Disney afin de tout dédramatiser », explique cet amateur d'humour qui adore les Idées noires dessinées par Franquin. A la fois exubérante et mélancolique, « Tata E.T. » et son histoire d'extraterrestre fonctionne aussi selon ce singulier décalage, explosif moteur à deux temps qui constitue sa marque de fabrique.

Bon courage à ceux qui essayeront d'enfermer Gérald dans un style autre que le sien ! Quant aux imprudents qui le réduiraient à un chanteur « comique », ils en seront pour leurs frais, notamment quand ils saisiront l'ambiguïté d'une chanson comme « Tu n'es pas ». Déjà sur « Le plus grand chanteur de tout l'étang », « L'Hôpital » prenait à rebrousse poil avec son ambiance cafardeuse. Sur « Nul si pas découvert », Tu n'es pas, totalement dénuée de jeux de mots, tranche d'abord par son ton aigre doux et son thème. « Dans la vie, on se rend compte que les choses ne se passent pas comme on les avait rêvées. Mais on avance et ce n'est pas plus mal ! », explique cet optimiste qui préfère rire de ses angoisses (et des nôtres). C'est aussi la première fois que Gérald enregistre une chanson composée par un autre. En l'occurrence, on ne sort pas de la famille Genty puisque l'auteur n'est autre que son frère, Pascal !

Laissez vous séduire par cet album vivifiant, vous ne serez pas au bout de vos surprises. Vous n'entendrez sans doute pas d'autre chanteur embrasser avec autant de décontraction des sujets aussi divers que la retraite, le manque de courage des poules ou la vie et mort d'un vélo. Et pendant que vous succomberez à ses chansons colorées, sachez-le : pour la tournée qui suivra, Gérald a déjà des idées surprenantes. Après avoir reconstitué un étang lors de ses derniers concerts, que va-t-il inventer ? Gérald Genty, le ticket gagnant de la chanson d'aujourd'hui.

Label : Naïve

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !