Connectez-vous

Scène française

Eddy Mitchell

Interview Eddy Mitchell

Publié

le

Eddy Mitchell 5

Eddy Mitchell vient de sortir un nouvel album baptisé « Grand Ecran », qui rend hommage au septième art. Pour l'occasion, Zikeo.com et aller à la rencontre d'Eddy Mitchell.

th-eddy-mitchell.jpgComment est née l'idée de cet album, qui apparait tellement évidente ?
L'idée revient à mon PDG, qui se trouve être mon gendre. Au départ, c'était simplement une demande de ma part de faire des standards que j'aimais. Comme ça partait dans tous les sens, il a recentré la cible. Vu mon amour pour le cinéma, il a dit que ça serait bien d'enregistrer des chansons qui sont des musiques de film. Je pensais que ça serait un exercice facile, mais non. Pour avoir les droits des ayant droits, des éditeurs… ça a pris un temps énorme. Mais nous sommes parvenus à nos fins.

Comment avez-vous effectué cette sélection ? Etait-ce essentiellement sur les chansons, ou sur les films aussi ?
Ce sont surtout les chansons. Une chanson telle que Je t'appartiens de Gilbert Bécaud, a été un énorme succès au Etats Unis à la fin des années 50, par Everly Brothers, en anglais, Let it be me. Le film lui n'a pas marqué les mémoires. Ce n'est pas grave. Ce n'est pas tellement lié au film, hormis pour les films que j'adore : « La blonde et moi », « Le train sifflera trois fois » ou « Pat Garrett et Billy the Kid », qui sont de très belles rencontres. Les Feuilles mortes est une chanson standard, et le film est nul. Je ne vous conseille pas le film « Les portes de la nuit », et ce fut un échec en son temps. Au départ, c'est une musique de film et son interprète, Yves Montand, a demandé à ce qu'on rajoute des choses sur la chanson. Les interprètes américains, Nat King Cole ou Frank Sinatra, en ont fait de grands succès, et n'ont jamais de leur vie chanté le premier couplet. Ça ne les intéressait pas, ils l'ont viré. On les comprend.

Vous avez fait des adaptations ?
J'en ai fait une, l'adaptation de Bob Dylan Knockin' on Heaven's door, la chanson du film « Pat Garrett et Billy the Kid ». Je n'étais pas sûr de l'acceptation de l'auteur, puisque je ne raconte pas exactement ce qu'il raconte dans le thème original. Moi je raconte la scène du film. Il a accepté.

On peut essayer de faire un récapitulatif des chansons qui sont dans cet album. J'aimerais que vous me disiez, au sujet du travail que vous avez fait sur chaque chanson, ce qui vous revient en mémoire. C'est un peu la madeleine de Proust, il y a peut être des choses liées à la chanson ou au film qui tout de suite vous interpellent. Pour « Frapper aux portes du Paradis », de « Pat Garrett et Billy the Kid », qu'est-ce qui vous vient à l'esprit ?
Ce qui me vient à l'esprit immédiatement, c'est l'importance de cette chanson à ce moment précis du film. C'est un des moments fort du film, qui n'est pas forcément le moment le plus commercial mais qui est très beau. Le shérif, une ordure, a pris une décharge de plomb dans le ventre et va mourir près de la rivière. La chanson arrive et ça prend une proportion extraordinaire.

« Toute la pluie tombe sur moi », de « Butch Cassidy and the Sundance Kid » ?
Ce qui est drôle, c'est que cette chanson n'a rien à voir avec le film. C'est une séquence ou Robert Redford, Paul Newman et Katharine Ross se mettent à faire du vélo. Il pleut. Rien à voir avec le scénario. On dirait un clip dans le film. C'est drôle, ça donne un espace temps séparé, une relaxation dans l'exposition du thème.

Je t'appartiens, de Stardust, paroles de Delanoé, musique de Bécaud ?
C'est du plomb. Une jolie chanson. Je me suis surtout inspiré musicalement de la version des Everly Brothers, qui est très country. Elle n'est pas tonitruante comme pouvait l'interpréter de manière intéressante Gilbert.

On arrive à une chanson qui a toute une histoire liée au film « Comme un étranger dans la ville », « Macadam Cow Boy ». A l'époque, il a été oscarisé. C'est le seul film X oscarisé.
Oui, on se demande pourquoi il est X… A l'époque, les censeurs censuraient vraiment. C'était censuré parce que l'histoire sous-entend que l'un des personnages est homosexuel. Aujourd'hui on s'en moque. Ce n'est pas ça qui est intéressant. Ce qui est intéressant, c'est la rencontre de ces deux losers, qui sont des menteurs, qui se montent le bourrichon tous les deux. C'est une forme d'espoir permanente, c'est beau.

Ensuite on a « Avril à Paris », 1952, film musical.
Très mauvais film, avec Doris Day et sa choucroute, et un danseur extraordinaire laid comme un pou, qui a disparu.

th-eddy-mitchell2.jpgVous parlez de Samuel Davis ?
Non, il était moche je vous l'accorde. Un physique de chouette, un comique américain qui dansait très bien. Le film ne vaut que par la musique. Avril à Paris a toujours fait le tour du monde et reste un standard. J'ai toujours aimé la version instrumental de Count Basie, j'ai demandé à l'arrangeur de me glisser des petites dissonances à la Basie.

« Les feuilles mortes » ?
J'en ai parlé. C'est un film sans intérêt, on s'en fout totalement.

« Joe contre le volcan » ?
On s'en fout totalement. J'ai dû le voir à la télé. Ce qui est intéressant, c'est la chanson, qui était déjà un standard de country dans les années 50. C'est une reprise. Le film ne présente aucun intérêt. L'adaptation française, à laquelle je n'ai pas changé un mot, est une réplique de l'original, ce qui est très bien vu.

Quel est le secret d'une bonne adaptation, selon vous ?
Ce n'est pas forcément d'être très proche, mais de donner une vie, et de donner l'impression que c'est une originale. C'est la recette.

Pleurer des rivières, « la Blonde et moi », Jayne Mansfield ?
C'est Jayne Mansfield bien sur, mais « La blonde et moi » est un film mythique, fait soit disant pour les aficionados de l'époque du rock&roll. Finalement, ce film se moquait du rock&roll. A un moment, Eddie Cochrane passe à la télévision. La bonne n'en peut plus, elle danse devant. Le méchant du film, Edmond O'Brien regarde sa bonne danser et dit que si lui arrive à chanter, il va faire chanter la gonzesse avec qui il est. C'est d'une méchanceté totale. Mais totalement mythique, avec Fats Domino, Gene Vincent. C'est un florilège.

Ma plus belle année, de « Jungle Fever », avec Spike Lee ?
C'est un joli film. Je respecte. Mais c'est surtout la chanson que j'adore.

Si toi aussi tu m'abandonnes dans « Le train sifflera trois fois ?
C'est un autre film mythique des années 50. C'est un énorme succès dans le monde entier, alors que c'est un petit film de série B, produit à la va vite dans un décor existant de cinéma. Avec une star, Gary Cooper. Mais tout ça a été fait sans prétention. C'est un western qui a fait date, c'est la première fois qu'un homme seul décide de rester face à des gangsters qui vont arriver, et foutre la ville à feu et à sang. C'était rare, ça démontrait une lâcheté chez l'homme, puisque tous ses potes se cassaient, et qu'il restait tout seul.

Hier encore, de « La cité des dangers », 1976, de son vrai titre original « Hustle » ?
C'est une chanson d'Aznavour que j'adore. Le film est d'un metteur en scène que j'aime beaucoup Robert Aldrich, mais ce n'est pas un de ses meilleurs films. Ça marquait la présence, pour les Etats Unis, de Catherine Deneuve. Sinon, il n'y a rien à en retirer.

« Je file droit », « Walk the line ». Très oscarisé.
Avec mérite, je trouve que c'est une biographie très bien faite, Joaquin Phoenix est extraordinaire, ainsi que son écuyère Reese Witherspoon, qui d'ailleurs est intéressante. Quand on l'a interviewée pour sa nomination aux oscars, tout le monde était étonné que ça soit elle qui chante, avec Joaquin Phoenix dans le rôle titre de Johnny Cash. Elle disait : « C'est normal, je suis née à Nashville« , c'est une raison qui est drôle, naïve et belle. C'est vrai qu'à Nashville on chante, on est dans la musique, tout le monde chante. Elle trouvait donc ça totalement normal que ça soit elle qui chante.

« American Gangster » ?
C'est un très bon film. C'est un prétexte pour pouvoir chanter cette chanson là. J'aime beaucoup American Gangster, mais j'aime beaucoup plus la chanson. Je cherchais un prétexte pour pouvoir la chanter.

Over the rainbow. Un joli duo avec Melody Gardot. Comment s'est faite cette rencontre ?
Ça s'est fait sur la demande de ses producteurs. On s'est retrouvé en studio et on a fait deux titres, dont un dont on n'était pas très content Cry me a river, et Over the rainbow, qui est bien passé. Elle a une façon de chanter très personnelle, ce qui est normal, très éloignée de la mienne. J'ai été obligé de ne pas chanter comme un ours, de chanter de manière très douce, à son niveau. C'est une expérience vraiment amusante.

Cet album se conclut par La dernière séance, ce qui est logique. En même temps, il y a une fin que je ne connaissais pas. La fin est un classement des salles qui ont fermé. Le cinéma a changé.
Avant, sur les Champs Elysées, il y avait beaucoup de salles. Il n'en reste même pas 10. Il y en avait le triple. J'énumère les salles qui ont fermé, pour devenir des choses pas très passionnantes.

Comment voyez-vous ça, vous qui avez entretenu les légendes du cinéma des années 50 ? Il y avait une certaine façon d'aller au cinéma. Comment vous voyez ça aujourd'hui, avec ces multiplexes…
Je vois ça d'un bon oeil, l'important est que les gens aillent au cinéma. Ce que je peux reprocher, et ce n'est pas de la nostalgie, c'est le côté : « on va au cinéma » mais ce n'est pas la fête. Alors qu'avant, aller au cinéma était une sortie, une fête. Maintenant c'est un acte banal.

th-eddy-mitchell1.jpgOn peut dire que cet album va de 1937 à 2007, si on fait référence au cinéma. Est-ce qu'une bande originale peut garantir ou sauver un film ?
Sauver non. Un film, c'est d'abord un film. Par contre, si la bande musicale n'est pas considérée comme un personnage à part entière du film, c'est raté. La musique d'un film est un personnage, ou une musique qui suit chaque personnage, chaque personnage doit avoir sa musique. C'est la vieille école mais c'est terriblement efficace. Essayez de dissocier Fellini de Nino Rota. On préfère souvent le musicien.

Racontez nous un peu la façon dont vous avez voulu enregistrer cet album. Vous êtes allé dans le berceau du cinéma. C'était important pour vous d'y mettre les pieds pour pouvoir enregistrer un peu cet album.
Non. Les studios, que ça soit à Dubaï, Los Angeles, Paris, Bruxelles ou ailleurs, ce sont les mêmes. Ce n'est pas ce qui est important ; ce qui est important est de trouver l'arrangeur qui va savoir faire ce genre de choses aujourd'hui. J'ai fait appel à Rob Mounsey, qui travaille avec Quincy. Il se trouve que Quincy et moi, c'est une très vieille histoire, qui a débuté avec « Les chaussettes noires ». On se connait depuis très longtemps. On entretient des liens et c'est lui qui m'a conseillé Rob Mounsey. Les arrangements de cuivre ont la pate de Quincy.

Il y a quelque chose d'assez live.
C'est logique, parce que tout est en direct. Ça prend du temps, mais pour moi c'est primordial. Je ne sais pas enregistrer autrement. Quitte à refaire les voix, tout est toujours enregistré en direct.

Ça nécessite beaucoup de travail en amont, pour pouvoir le préparer ?
Oui, mais j'ai l'habitude, je ne m'en rends pas compte. Je ne sais pas travailler autrement. Je serais frustré si j'arrivais sans savoir ce que je vais chanter, qu'un arrangement est tout prêt, et qu'on me dise : « un deux trois ». Je sais que ça existe, on peut travailler comme ça. Mais ne pas mettre mon grain de sel, ce n'est pas mon genre.

Articles tendances

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !