Connectez-vous

Scène française

Enrico Macias Les clefs

Les Clefs : le nouvel album d'Enrico Macias

Publié

le

Enrico Macias <i>Les clefs</i> 6

Cinq ans après « Voyage d’une mélodie », Enrico Macias est de retour dans les bacs avec un nouvel album baptisé « Les clefs », à paraître le 19 février 2016.

enrico-macias-les-clefs.jpgLe nouvel album d’Enrico Macias est né d’une manière infiniment limpide, comme rarement dans son travail de compositeur et d’interprète. On sent bien cette fluidité à l’écoute. Certes, il y a dans ses nouvelles chansons des mélancolies, des brumes et même des douleurs ; mais partout une lumière radieuse, vibrante, généreuse. Cela fait un album à l’image de la sérénité lucide d’Enrico Macias, chanteur populaire qui a toujours refusé de s’étourdir de slogans et de marketing, qui a toujours clamé sa vérité, même quand elle heurte. Cela fait douze nouvelles chansons riches en sentiments francs et en images éclatantes. Riches en fraternité.

Dans le studio de son fils, Jean-Claude Ghrenassia, il enregistre tranquillement. Ses auteurs lui donnent des mots qui lui ressemblent, qui font écho à son histoire et à ses engagements depuis des décennies. L’exilé dont la première chanson enregistrée a été Adieu mon pays en 1962, continue de dire la nostalgie et la blessure du cœur interdit de retour.

La vie d’Enrico Macias balance toujours entre deux pôles, la Méditerranée de la mémoire et la ville chaleureuse à laquelle il chantait, il y a des années, Paris tu m’as pris dans tes bras. Ou l’amour et la mélancolie. Ou le plaisir et la tristesse. Mais toujours, chez lui, c’est l’espoir qui l’emporte, l’optimisme d’un homme qui croit que l’amour et le Bien triompheront toujours de la haine et du Mal. Alors il chante avec douceur sa fidélité à l’amour de sa vie dans Ma belle et Chanter pour toi, l’appel de son pays natal dans Venez, l’aspiration de tous les humains au bonheur dans Des pieds et des mains, l’ampleur des effets de l’amour dans Du soleil, la splendeur de Paris dans Ami.

Avec tous ses auteurs et compositeurs comme Art Mengo, Marc Estève, Da Silva, Bruno Maman, Claude Morgan, Frédéric Zeitoun… -, Enrico Macias raconte ses espoirs, ses regrets, ses inquiétudes, ses certitudes, ses bonheurs. Le fils juif de la terre algérienne fait écho à une phrase célèbre du prix Nobel Albert Camus, né à Oran, dans La Justice et ma mère, avec un texte de Marc Estève posé sur une morna du compositeur capverdien Téofilo Chantre.

« Les Clefs » est une nouvelle aventure dans la veine inaugurée en 2003 avec le magnifique album « Oranges amères », première collaboration du père et de son fils : Jean-Claude Ghrenassia a coréalisé l’album avec Norman Langolff et Gaby Concato (l’ancien duo Norman Gaby), avant qu’il ne soit mixé par Dominique Blanc-Francard.

Aujourd’hui, Enrico Macias a toujours cette passion des instruments qui osent, qui se dévoilent en liberté, qui s’aventurent autant dans l’émotion que dans la virtuosité. Alors, les arrangements sont limpides, boisés, subtils. Heureux. Oui, tout ici est heureux. Heureux comme Enrico. Mélancolique, grave, parfois même soucieux. Mais toujours heureux.

Les albums d’Enrico Macias sont disponibles sur iTunes et AmazonEnrico Macias <i>Les clefs</i> 7 !

Label : Capitol
Date de sortie : 19 février 2016

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Copyright © 2009 Zikeo.net

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !