Connectez-vous

Scène française

CharlÉlie Couture Lafayette

CharlÉlie Couture présente son Lafayette

Publié

le

CharlÉlie Couture <i>Lafayette</i> 6

Un Lorrain en Acadie. Trente ans qu’il en rêvait, cette fois c’est fait : Lafayette, le voilà ! Car c’est en Louisiane, au cœur du bayou, que CharlÉlie Couture s’en est allé enregistrer son vingtième album studio, disponible sur iTunes et AmazonCharlÉlie Couture <i>Lafayette</i> 7.

charlelie-couture-lafayette.jpgLe nouvel opus de CharlÉlie Couture est un album brut et festif qui résume à merveille l’essence de la musique qu’il crée depuis bientôt quatre décennies : un blues intense et profond, chaud et humide, entre brume et clair de lune. De sa voix de rocaille nasale, de sa plume, de son pinceau, de son objectif, CharlÉlie, l’artiste multiste, a toujours raconté des histoires. Lui, le Nancéen new-yorkais, poète rock et peintre musical, a souvent fait le lien entre cultures française et américaine.

C’est au Dockside Studio que CharlÉlie a élu domicile, accompagné de virtuoses du cru. Accordéon, mandoline, fiddle, washboard, harmonica, sax, trompette et tuba scandent ces 14 chansons originales, enregistrées en français et en anglais, dans la tradition locale : un mélange de zydeco et de swamp rock, de swing et de country, jadis popularisé par des champions du genre comme Clifton Chénier, Rufus Thibodeaux ou Zachary Richard. Pas étonnant que ce dernier, natif du lieu, soit venu mêler sa voix à celle de CharlÉlie sur deux titres.

Le résultat, coproduit par l’artiste et le guitariste Karim Attoumane, est à la hauteur du challenge. On y découvre des tourneries enfiévrées (On va) Déconner, pour faire chahuter le canapé, Debout dans la boue, ou la gadoue sans les gadins), des complaintes amoureuses au désespoir jubilatoire (Annie, la p’tite amie qu’est partie, (I Love U) Baby Blue, entre acajou et tattoo), des road movies épiques (30 Years Outside, aux accents dylaniens, Le danger sur la piste, thriller sioux) et d’émouvantes ballades (Inspiritation, Un jour les anges et surtout Chanson sous-sol, qui rappellera peut-être à certains un célèbre avion sans aile…).  Sans oublier des histoires que n’aurait pas reniées un Steinbeck, comme Les Pionniers (Une autre danse), dédiée à tous les migrants du monde. L’album s’achève par Mardigra Shuffle, un instrumental façon musique de film muet, et la rencontre live avec les Lost Bayou Ramblers sur Maison Soleil Levant, reprise décoiffante et échevelée du traditionnel The House of the Rising Sun, à faire damner tous les forçats des pénitenciers.

Dans son ode à Lafayette, la ville qui a donné son titre à l’album, le chanteur se donne l’occasion rêvée de laisser le bon temps rouler. « Lafayette », le nouvel album de CharlÉlie Couture est maintenant disponible sur iTunes et AmazonCharlÉlie Couture <i>Lafayette</i> 7 !
Label : Universal
date de sortie : 29 avril 2016

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !