Connectez-vous

rap-rnb

NTM, retour suprême

NTM, retour suprême

Publié

le

Après Paris, la Province, et Genève en préambule, octobre 2008 devrait rester dans les mémoires comme le mois du grand retour live du duo le plus illustre de l’histoire du rap français. Kool Shen et Joey Starr vont foutre le feu à Bercy fin septembre pendant cinq soirs pour lesquels les places se sont vendues comme des petits pains, puis commencer par la Suisse une tournée d’une dizaine de rendez-vous qui s’annonce forcément triomphale. La renaissance des sales gosses prodigues du hip hop hexagonal suscite passion et interrogations. Décryptage.

th-ntm-on-est-encore-la.jpgQui sera dans la fosse à chaque show de NTM ces prochains jours ? Des fans de la première heure aux adeptes de curiosités scéniques en tout genre, en passant par les plus jeunes qui suçaient leur pouce quand Didier Morville et Bruno Lopes mettaient la fièvre pendant des heures, mais ont su fouiller dans les skeuds de leur grand frère… la foule devrait être plus éclectique que jamais, pour admirer un duo qui a encore davantage quitté l’underground en splittant.

NTM mainstream, une réalité ? La réponse est sans doute dans les propos des artistes. Pas ceux des interviews, d’ailleurs, rares et d’intérêts mitigés. Plutôt ceux des chansons, les seuls trucs qui resteront vraiment, forcément, dans les mémoires, bien plus que les frasques de Joey Starr ou les embrouillaminis des deux ex-compères fâchés… Bien plus, surtout, que les albums solo qu’ils ont chacun concocté ces dernières années. « Gare au Jaguar » et « Dernier Round » auront beaucoup de mal à supporter la comparaison avec « Paris sous les Bombes » ou « Suprême NTM », doux euphémisme.

Suprême NTM… Dix ans déjà. Pour tout dire, le retour sera un mélange de sensations si détonnant qu’il risque de s’avérer prodigieux. Entre nostalgie, bien sûr, et dimension sociale évidemment brûlante, car NTM a chroniqué une époque qui n’est toujours pas finie, mis des mots sur des maux plus que jamais d’actualité.

Octobre 2005, hier quoi, les émeutes de Clichy-sous-Bois puis de toutes les cités de France avaient mis une expression dans la bouche de très nombreux observateurs : NTM visionnaire. Qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu ?, qu’ils chantaient, avec une décennie d’avance. Et voilà que rien n’a changé, ou plus grave, tout a empiré. En 98, ils gueulaient : « On va pas colmater la fracture sociale de plâtre ». Que s’est-il passé en dix ans ? Une évolution de la société française qui rend leur retour encore plus attendu, inévitablement.

Pourquoi sont-ils revenus, d’ailleurs ? L’argent, ça compte, mais Joey Starr assure que si ce n’était que ça, ils auraient aussi assuré un nouvel album et un packaging conséquent. Pour l’instant, on s’en tient à la tournée. Mais rien n’est exclu pour la suite,…

En fait, les raisons du retour, on s’en fout. Ce qui compte, c’est la façon dont ils vont interpréter Laisse pas trainer ton fils, Pose ton gun, Qui paiera les dégâts et Seine Saint-Denis style, devant leurs milliers de fans qui n’auront pas hésité à lâcher 50 euros pour ça. Dix ans de disette, ça donne faim. Nul doute que le mic’ en main, Les deux icônes sauront se montrer généreuses.
Concerts :
• PARIS (PALAIS OMNISPORTS DE PARIS BERCY) – Du 18/09/08 au 23/09/08
• GENEVE (ARENA DE GENEVE) – Le 02/10/08
• MARSEILLE (LE DOME) – Le 03/10/08
• ECKBOLSHEIM-STRASBOURG (ZENITH DE STRASBOURG ZENITH EUROPE) – Le 09/10/08
• BORDEAUX (PATINOIRE MERIADECK) – Le 16/10/08
• TOULOUSE (LE ZENITH) – Le 17/10/08
• MONTPELLIER (ZENITH SUD) – Le 18/10/08
• LYON (HALLE TONY GARNIER) – Le 23/10/08
• LILLE (ZENITH ARENA) – Le 24/10/08
• ST HERBLAIN (ZENITH NANTES METROPOLE) – Le 25/10/08

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !