Connectez-vous

rap-rnb

Kojaque annonce la sortie de son premier album « Town’s Dead »

Découvrez sans plus attendre le nouveau visage incontournable du hip-hop Dublinois.

Publié

le

Le rappeur Kojaque
Credit Photo : Joshua Heavens Onabowu

Kojaque, le nouveau visage incontournable de la communauté hip-hop de Dublin, annonce aujourd’hui les détails de son très attendu premier album Town’s Dead, à paraitre le 25 juin 2021.

L’annonce de Town’s Dead arrive en même temps que la sortie de son puissant single éponyme et comprendra ses récents singles ‘Shmelly‘, ‘Coming Up’ et ‘No Hands’. Il s’agit de la suite très attendue de sa première mixtape Deli Daydreams, une œuvre conceptuelle qui est devenue la première sortie de ce type à être nommée pour le prestigieux Choice Music Prize et qui a emmenée Kojaque partout, des tournées avec slowthai et Lana Del Rey à un documentaire produit par Boiler Room sur l’influence de son label et collectif Soft Boy

Rien de tout cela ne vous préparera au premier album de KojaqueTown’s Dead : un tour de force expansif qui fonce tête baissée dans les thématiques du sexe, de la violence, de la dépression et de la claustrophobie causée par votre ville natale. Dans ce premier album, Kojaque documente un triangle amoureux tumultueux qui se déroule le soir du nouvel an, avec des résultats aussi cinématographiques que profondément personnels. Les coins sombres des parcs, des chambres à coucher, des clubs et des rues sont exhumés. C’est un artiste qui n’a pas peur d’exposer ses vulnérabilités lorsque le ton est juste, parce qu’il n’y a aucun intérêt à essayer d’être autre chose que soi-même. À travers ruptures et dépressions, Town’s Dead vacille au bord du gouffre, s’échappant de l’esprit d’un talent singulier dans des rues échafaudées par un système brisé, mais toujours imprégnées d’amour.

Kojaque : Le rappeur venu d’Irlande

A propos de la sortie de son premier album, le rappeur déclare : « Town’s Dead vient du potentiel que je vois à Dublin et dans les gens dont je suis entouré jour après jour. Il n’y a rien d’autre que du talent et de l’ambition chez les jeunes, l’art et la musique me le rappellent constamment, mais je pense que si souvent la ville vous broie, elle vous enlève votre espoir et votre ambition. Je sais que cela peut changer, car beaucoup de mes amis expriment exactement les mêmes souhaits, désirs et frustrations concernant la vie en Irlande. Si nous sommes si nombreux à être sur la même longueur d’onde, alors je sais que les choses peuvent changer, il faut juste une sorte de catalyseur pour amorcer ce changement et pour moi, cela a toujours été l’art et la musique. À maintes reprises, des œuvres d’art étonnantes continuent d’être créées en dépit des luttes et des revers que l’on rencontre lorsqu’on vit ici. La chanson éponyme et l’album sont une lutte contre ce qui peut parfois sembler inévitable, c’est un rejet de ce que les gens vous disent être votre destin en tant que jeune dans la ville. La ville n’est PAS morte, elle est juste endormie ».

Dans Town’s Dead, Kojaque construit un monde à part et invite l’auditeur à y entrer – et c’est un monde dans lequel la musique, le cinéma, l’humour et la narration vont de pair. Kojaque fait partie d’une nouvelle vague d’artistes irlandais qui font bouger le monde avec un art à la fois cinglant et sophistiqué à travers des idées qui ont émergées d’une révolution sociale, bloquée par un capitalisme tardif.

Articles tendances

Copyright © 2009 Zikeo.net

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !