Connectez-vous

Scène française

Fiona Gélin

Fiona Gélin vient de sortir son premier album dans lequel elle revisite les moments clef de sa vie.

Publié

le

Fiona Gélin 6

C’est une grande première cet album !
Absolument. C’est mon bébé.

Cela date de combien de temps ?
J’ai eu l’idée du titre Passeport en 1986, quand j’étais au Maroc avec Mireille Darc. Ensuite, j’ai enregistré il y a trois ans à Nantes. Je ne voulais pas enregistrer à Paris, je voulais être à la campagne avec mes musiciens. J’avais envie d’être à Nantes par rapport à Barbara, dont je suis fan. Je voulais qu’on soit tous à la campagne pendant 1 mois et demi, enfermés comme une famille, loin du stress de Paris.

Ces chansons existaient déjà donc ?
Le titre « Passeport » oui. J’ai toujours voulu faire un triptyque, il y a eu le livre, il y a huit ans, « Retour d’errance », maintenant l’album « Passeport », et bientôt je l’espère, le one woman show poétique.

Il faut dire que le déclencheur de tout ça, ce sont des poèmes, l’écriture a conduit à la musique ?
Oui. On m’a souvent proposé de chanter. Mais chanter est un vrai métier. Je m’en rends compte depuis trois ans. Moi je suis comédienne et actrice mais chanter, c’est un autre métier. Finalement, après le bouquin, j’ai rencontré Patrick Dupont, un bassiste qui a travaillé pas mal de temps avec Florent Pagny. Il m’a dit qu’avec ma voix, il fallait que je chante. Je me suis fait plaisir. Il m’a présenté un auteur qui s’appelle Sylvain Morillon. Je lui ai dit que j’avais écrit trois poèmes, Mes absents, Passeport, et Bistrot parisien qui est venu après. Je lui ai dit « Voilà le concept, le titre, ce que je veux dire » et je lui ai demandé de se lâcher. Deux semaines plus tard, il arrivait avec l’album fini.

Il faut dire que cet album est une parabole de votre vie, que chaque chanson est connotée sur une étape de votre vie.
Complètement, c’est autobiographique. Mais je pense que beaucoup de femmes vont s’y reconnaître, les femmes et les gens simples. Quand on me dit, « Fiona Gelin, vous faites un disque, encore une actrice qui fait un disque« , je dis Non, moi je suis une chanteuse réaliste, une poétesse de la société actuelle. Je chante les démons, les douceurs et les douleurs des autres, parce que je les ressens bien.

Est-ce qu’il y a une idée de thérapie ?
Non ma thérapie je l’ai faite avec le livre. Là, si Fiona Gelin revient, c’est la vraie Fiona.

Qu’est-ce qui s’est passé avant pour justifier ça ? Quelque chose vous a empêché d’être vous-même ?
Non, je pense que j’étais trop fragile pour ce métier. Mal entourée. J’aimais trop la vie. Je me rends compte que le métier d’artiste est une philosophie de vivre. Maintenant tout le monde dit « Je vais être comédien » mais ils ne se rendent pas compte du boulot que c’est. Surtout quand tu ne travailles pas et que tu attends. Je me suis rendue compte un peu tard des efforts que j’aurais dû faire mais j’ai beaucoup vécu et maintenant je me sers de mes bagages pour raconter ma bohème et mes instants de vie. C’est pour ça que j’écris dans les bars populos.

C’est dangereux aussi le métier de comédien, quand on va puiser en soi des choses ?
Le métier de comédien est extrêmement dangereux, surtout maintenant. Ce qu’on voit maintenant à la télé, la téléréalité, c’est manoeuvré par des cons, il faut bien le dire. Il n’y a pas d’intelligence à la télé. Avant, on avait moins d’information mais on avait des bonnes informations. Je trouve que maintenant la télé est devenue dangereuse. Avant, tu avais Pollack, des supers émissions. Il en reste quelques unes … Mais il ne faut pas oublier que ce sont aussi les jeunes qui regardent la télé. Quand tu vois les émissions pour les jeunes, tu te dis que tu vas punir ton fils et éteindre la télé ! C’est dommage parce que c’est un outil extraordinaire et je trouve qu’on ne s’en sert pas à bon escient.

La comédie est liée à ça, il y a eu une transformation du métier de comédien, il y a des stéréotypes maintenant non ?
Non, il y a des comédiens Kleenex. Il y a aussi de vrais comédiens qu’on ne connait pas bien. C’est comme les gens qui font du théâtre, il devrait y avoir plus de magazines sur les gens qui font du théâtre, ou même les gens de la synchro. La synchro est un vrai métier, mais il n’y a aucun magazine dessus.

Revenons sur cet album. On peut apprendre sur vos étapes de vie, au fur et à mesure des titres, quand on écoute cet album. Qu’avez-vous envie de dire de chaque titre, une piste, un sous titre, en une ou deux phrases, pour caractériser chaque chanson ? Destination ?
A chaque fois qu’on est dans le gouffre, il faut recommencer, et se dire qu’il y a autre chose.

Recommencer ?
Il faut toujours recommencer. A chaque fois qu’on se plante, il faut se dire que quelque chose va nous arriver, qu’on va y arriver. Même quand on s’engueule avec sa femme, le lendemain on se dit qu’il faut recommencer et lui dire « je t’aime ».

Et on devrait quelques fois ?
J’ai peur de dire ça, mon pianiste Dario va m’engueuler… C’est une chanson un peu mitigée sur le cinéma et sur les auteurs. C’est une chanson sur le cinoche, sur les instants de vie.

Passeport, qui est aussi le titre de l’album ?
C’est la première chanson que j’ai écrite, c’est une aventurière, l’identité de plusieurs femmes, aventurières de la vie et de l’amour, le voyage.

Si c’était moi, un duo ?
Un duo. Je m’occupais des SDF de Valenciennes depuis 4-5 ans avec un monsieur qui s’appelle Jean Paul Frécher. Ça galérait grave. Grosses galères. J’ai eu la chance de rencontrer Olivia Cattan, la directrice de « Paroles de femmes », qui m’a demandé d’être la marraine de « SDF, femmes, enfants ». J’ai offert ma chanson, l’hymne du site, qui est sur les SDF. C’est un duo que j’ai fait avec mon pianiste, parce que j’ai appelé plusieurs personnes qui m’ont dit non.

Mon chef d’oeuvre ?
C’est mon fils.

Au fond du couloir ?
C’est la toute première chanson, que Patrick Dupont m’a faite. Il était bassiste de Jonas à l’époque. Au fond du couloir, c’est quand je suis sortie de l’hôpital psychiatrique. Le livre est basé sur l’errance et l’enfermement, et la manière dont il faut changer ses enfermements. C’est la première chanson que j’ai demandée et que j’ai faite. Je ne l’ai pas sortie tout de suite, parce qu’elle est assez conséquente. C’est la première chanson qu’on fait sur la psychiatrie. A Saint Anne et à Montevideo, ils l’adorent.

Dans l’écriture, il y a cette volonté d’aller à l’essentiel, il y a une simplicité.
Il y a une vraie lucidité. J’ai un auteur qui arrive de loin, quand je l’ai rencontré il venait d’être papa, il vient de banlieue. On n’a pas fait du superficiel. J’ai de la chance, si celui-ci marche, je suis déjà dans le deuxième. Ce sont des paroles que les gens ont envie d’entendre quand ils prennent leur bagnole le matin pour aller bosser, dans les embouteillages. Il faut peut être que je rajoute un peu de ukulélé. C’est ça.

Ensuite, nous avons L’un et l’autre, avec une ambiance africaine.
Oui j’adore l’Afrique. J’ai pris un choriste sénégalais. « L’un et l’autre » est une histoire d’amour ; les femmes l’aime beaucoup. J’ai eu beaucoup de mal à l’apprendre parce que chaque refrain est différent. C’est une histoire qui dit que même quand on est trois, on n’arrive pas a être deux ou un. C’est l’histoire de l’âme soeur.

Il y a quelque chose de mystique dans cet album non ?
Je suis mystique grave moi. Je suis mystique à fond, et encore je me calme. J’aime ce qui est spirituel, papa l’était. J’ai été totalement élevée par les douleurs et les joies de papa, ça ressort comme ça.

On a l’impression qu’il est vraiment la pierre angulaire de beaucoup de choses. C’est lui qui disait de vous que vous étiez « amoureuse de l’amour » ?
Oui, il disait aussi que j’étais une Ferrari sans volant. Violent non ? Il n’avait pas tort à l’époque. Maintenant j’ai le volant. Mais papa m’a formé. Mon frère dirait la même chose. Mon grand frère Xavier m’a aussi formée, mais papa était un tel personnage ! Il nous a appris à aimer le métier. Et je peux vous dire qu’avec ce que j’en chie dans ce métier, heureusement qu’il m’a bien appris à l’aimer.

De quelle façon vous l’a-t-il appris ?
Il m’a appris à aimer les gens, le populo, les petites phrases, toutes les petites choses, et de travailler à sa façon, et de vivre l’instant présent. Malgré le fait qu’il vivait dans l’angoisse, que c’était un grand angoissé comme moi, il m’a appris à vivre dans le présent, et que chaque chose est nouvelle. Papa est devenu jardinier parce qu’il était au chômage, il est devenu le poète des jardiniers. Certains en parleraient bien, il y a plein d’artistes que j’aime qui parle très bien de ce métier.

Dans cet album, il y a un côté « Je vous dis tout », vous êtes beaucoup à découvert, et malgré tout il y a une réserve. La musique à permis de se lâcher davantage que le livre ?
Le livre c’est autre chose. Je l’ai fait parce que je ne travaillais plus, il fallait que je trouve autre chose. Au départ, le livre devait s’appeler « Gâchis ». Parce qu’un jour un journaliste m’a dit « Vous nous avez fait tellement fantasmer, c’est quoi ce gâchis ? ». Je me souviens, on était à Ouarzazate, pour l’émission de Courbet. Je me suis dit qu’il avait raison. Quel gâchis ! J’ai écrit, papa m’a dit de continuer, que je savais écrire. Quand je l’ai envoyé à Lafont, il m’a dit que c’était trop violent, qu’on allait changer le titre. Finalement, on a trouvé autre chose. Tout ça pour dire que je pense que quand on fait un métier, quel qu’il soit, si on l’aime, c’est déjà une part de bonheur.

Pourquoi un gâchis Fiona ?
Parce que je me suis dopée pendant 17 ans et que je ne m’aimais pas. J’avais tout pour moi. C’est ce que je dirais aux jeunes. On m’a proposé d’être présidente de France sans drogue, j’ai dit non parce que je préfère m’occuper des SDF. Le problème avec la drogue c’est que c’est bon, mais qu’après tu as tellement mal ! Il y a un vrai travail à faire là-dessus. Je suis faite comme ça. La seule chose qui me sauve c’est que je m’en suis sortie, je le gère très bien, et maintenant j’arrive à en parler, parce que je suis heureuse dans ma vie privée.

C’est trop de sensibilité ? Il faut attraper le plaisir qui passe ?
Non, chez moi c’est la timidité. Si j’avais été moins timide, j’aurais rencontré moins de cons.

LES ALBUMS DE FIONA GELIN SONT DISPONIBLES SUR ITUNES ET AMAZON

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !