Connectez-vous

Scène française

Rock en Seine 2010

Programme Rock en Seine 2010

Publié

le

Rock en Seine 2010 5

Avec trois scènes, plus de quarante artistes invités, des expositions, des projets autour du graphisme, de l’image, de l’écriture et même, depuis 2008, un festival pour les enfants, Rock en Seine est à la fois un rendez‐vous incontournable en matière de rock et un lieu propice aux rencontres artistiques étonnantes: Massive Attack, Arcade Fire, Blink 182, Cypress Hill, Queens Of The Stone Age, Paolo Nutini, The Kooks, Beirut, 2 Many Dj’s, LCD Soundsystem, Black Rebel Motorcycle Club, Foals, Two Door Cinema Club, Wave Machines, Fat Freddy’s Drop, Kele, Chew Lips.

Parmi les grosses têtes d’affiche on retrouvera pour cette édition 2010 de Rock en Seine le duo de Bristol, Massive Attack, qui apportera ses dernières trouvailles sur scène, et nous fera entrer dans un monde envoutant. Le dernier opus de ces deux alchimistes, Heligoland, allie une fois encore avec une grande justesse instruments acoustiques et sons électroniques. La basse sombre et moelleuse répond aux cuivres aériens, les voix sont chaudes et les sons hypnotiques. A la fois simples et complexes, les compositions du groupe fondateur du trip-hop jonglent entre gimmicks electros-kitsch, tonalités glaciales, mélodies épurées et un certain groove nonchalant… Il y a une étonnante profondeur de champs dans les atmosphères que tisse le duo et l’on se prend, hypnotisé, à les suivre jusqu’au bout du monde.

Si le grand incendie allumé par les Canadiens d’Arcade Fire ne les a pas encore consumé, c’est que ce feu sacré qu’ils entretiennent est le carburant d’une incroyable puissance poétique. De la noirceur, la rage et l’apocalypse, le septuor qui ne recule devant aucun paradoxe a fait l’ossature de titres lumineux, éblouissants et explosifs. Ténébreuse fanfare, les sept musiciens tapent des mains, des pieds, et ponctuent les mélodies limpides de leurs chœurs aussi radieux que déchi- rants. Et c’est ce rock endiablé, dévoyé, dans lequel se conjuguent les instruments les moins conventionnels du genre (accordéon, violon, banjo, harpe ou piano à queue), prend aux tripes et nous entraine, fascinés, dans la communion rédemptrice d’un prédicateur du XXI° siècle.

Depuis 1993, les trois énervés de Blink 182 envoient un concentré de second degré ravageur, de blagues grasses et de pitreries potaches, pour le plus grand plaisir des teens du monde entier. Mais attention : le trio, pionnier du pop-punk, est plus complexe qu’il n’y parait. Faussement juvéniles, les mélodies de ces allumés montrent une grande précision rythmique et mêlent influences punk et pop avec justesse. Dans la lignée de légendes du genre comme NoFX ou Pennywise, le groupe surfe sur la scène skate/punk, usant de leurs guitares saturées pour servir un tempo imparable. Avec un sens inné de la scène, ces américains décomplexés envoient du son, et du lourd !

Habitué de Rock en Seine, Josh Homme y ramène les guitares balladeuses et la rage métallique de ses comparses, Queens of The Stone Age. A la frontière entre pop et métal, le groupe envoie un son épais et explosif, au mordant aigu. Les guitares balancent un rythme saccadé, le tempo est accidenté, la pop est mise à mal par un métal mécanique, minimaliste, aux structures précises. Les morceaux sont puissants, le ton sombre et les mélodies crasseuses nous emmènent dans un univers digne des plus ambigus des contes de Grimm. Comme par miracle, des harmonies vocales viennent marquer une trouée lumineuse dans cet univers sombre teinté de blues, et donnent à ce rock’n’roll racé un potentiel de séduction immédiat.

Regard de tueur, allure nonchalante, le trio californien Cypress Hill revient avec une nouvelle galère digne de leurs opus mythiques (Black Sunday ou Temples of Boom en tête). Le trio multi ethnique, qui com- mence par jouer devant le public latino de Los Angeles, est maintenant l’un des rares groupes de rap à compter de nombreux adeptes au-delà des frontières du style. Leur hip hop vintage et som- bre, le flow nasillard de B-Real et l’atmosphère opiacée de leurs morceaux sont la marque de fab- rique et les armes imparables du crew. Premiers sur le coup, les trois conjurateurs ont fait entrer le rock dans le monde du hip hop : sur scène, basse, guitare et batterie sont alliées aux platines, avec pour fil conducteur un flow dément et intense. Rythmiques enfumées, fusion des genres sur fond de rock bien viril : le cocktail aurait de quoi rendre dingue n’importe qui, préparez-vous !

L’un des albums les plus attendus de l’année est celui de James Murphy et sa bande, le troisième des turbulents LCD Soundsystem. Mais, comme c’est sur scène que le groupe déploie tout son pouvoir, on est bien content de pouvoir les accueillir à Rock en Seine ! Indisciplinés, les Américains ont décidé d’en découdre avec les codes qui régissent la scène rock. Leur but : agiter les dancefloors, piocher dans ce qu’ils aiment et réaliser des greffes astucieuses autant qu’ambitieuses. Des textures sonores épurées servent de ligne conductrice, le rock se mêle au disco et à des rythmes funk avec une imparable précision. Brian Eno, Daff Punk ou le Pink Floyd de Dark Side of the Moon ne sont pas loin…

Avec leurs allures d’angelot et leur air de ne pas y toucher, les quatre slackers de The Kooks ont réussi à en entrainer plus d’un dans leur monde d’insouciance ! Les ritournelles frivoles et accrocheuses, portées par des riffs de guitare flamboyants envoient une bonne dose d’optimisme et nous transportent au cœur de la plus grande tradition pop britannique, sur les traces de Blur ou Supergrass. L’énergie de ces quatre fantastiques alliée à la candeur de leur âge (25 ans en moyenne !) donne naissance à de pétillantes trouvailles musicales, des mélodies bubble-gum. Les concerts, menés pied au plancher, enchainent les pop-songs affutées et vous retournent l’audience, révélant une pop à tiroirs plus fascinante que futile.

Tout de noir vêtus, les trois loulous de Black Rebel Motorcycle Club évoluent dans un univers garage et noisy, entre The Jesus and Mary Chain et My Bloody Valentine. Basses ultra lourdes, son crasseux, rythmes rock’n’roll sont les principaux ingrédients et la marque de fabrique d’une musique fougueuse et sans concession. Fonçant tête baissée vers une apothéose brumeuse, les Américains envoient un brûlot rageur mais construit avec précision. Par une approche shoegaze, ils manient les effets en virtuose et enrobent d’un voile psychédélique leurs mélodies rigoureuses. Sombre et vindicatif, ce rock fait néanmoins appel à la fibre sensible qui sommeille en chacun de nous. Ca va taper fort, et avec intelligence à Rock en Seine !

Paulo Nutini allie la mélancolie des landes écossaises (d’où il est originaire) à l’optimisme ensoleillé de l’Italie de ses ancêtres. Le résultat est un country folk désabusé, dans lequel affleurent quelques rayons de soleil. Les mélodies épurées, sur lesquelles le crooner pose une voix chaude et éraillée – qui vient contredire ses allures de jeune premier nous ouvrent les portes d’un univers roots aux accents de liberté. S’il s’inscrit dans la lignée de Coldplay ou James Blunt, le songwriter flirte parfois avec le blues le plus prenant ou une pop ensoleillée, très directe, qui vous va droit au cœur…

Virtuoses de la bastard pop, le duo Belge de 2 Many Dj’s (aussi membre du combo électro-rock Soulwax) assemblera avec insolence lors du festival les titres les plus efficaces et créera un courant électrique irrésistible sous la scène dont il s’emparera. A la fois érudits et spontanés, les deux frères désossent, décortiquent et combinent leurs chansons préférées, créant sur la base de rythmes ultra-connus un nouveau tempo, essence des deux ou trois titres qui le composent. Audacieux, les 2 Many DJ’s organisent les rencontres improbables (Herbie Hankock croise Grand Master Flash, The Prodigy s’allie à Beck…) et diablement efficaces. Faisant appel à la mémoire de chacun, ils revisitent les titres les plus mythiques pour en garder la substantifique moelle, celle qui parlera aux jambes et au cœur.

Voilà donc les têtes de séries de cette huitième édition du festival Rock en Seine qui se déroulera du 27 au 29 août 2010.

PROGRAMME ROCK EN SEINE 2010
programme-rock-en-seine-2010.jpg

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Copyright © 2009 Zikeo.net

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !