Connectez-vous

Scène française

Charles Blistin

Découvrez le premier album de Charles Blistin

Publié

le

Charles Blistin 7

Entre folk dépouillé et routes craquelées à la Cormac McCarthy, le premier album solo de l'ancien membre des Tellers fait souffler le vent dans une autre direction.

charles-blistin-freaksville.jpgNé en 1986, bien longtemps après ses idoles, le jeune Charles Blistin n'en est pourtant pas à son premier aller-retour. Biberonné, comme beaucoup de bébé rockeurs, au doux son des radios anglaises, Charles s'initie rapidement au rock indie avec The Tellers, signés en 2006 chez 62TV Records (Girls in Hawaii, Malibu Stacy, Austin lace, etc..) et auteurs de deux albums remarqués par la presse belge et française. Surement lassé du poum-tchak des batteries et des tournées sans fin, Blistin quitte l'aventure en 2009, et quand son ancien groupe prend l'autoroute, lui s'embarque sur des sentiers plus personnels.

Le résultat, c'est une échappée en solo qui brasse mélancolie, spleen et guitares sèches comme un été à Memphis. Enregistré sur un 4 pistes à l'abri des regards, les huit chansons dessinées par Blistin ont aujourd'hui le physique des squelettes : désarticulées, pas toujours justes, écrites en instant writing et loin des poses. Ballades bipolaires alternant chaleur des harmonicas et errances brumeuses en arpèges, la comparaison avec le low-fi de Daniel Johnston est tentante, les visions du mal-être adolescent jamais loin. Songwriter solitaire, Blistin délivre une poignée de chansons à la réverbération naturelle (Paradis), d'autres qui feront penser aux panoramas mystique de Vincent Gallo (Aveu à dieu) et un tout qui n'est pas sans suggérer un portrait de Syd Barrett, posé sur la table de chevet avec ses yeux troubles levés vers le ciel.

Mixées par Kramer, le pape de l'underground (Daniel Johnston, Galaxie 500, Will Oldham), les mélodies de Blistin prennent en éclat ce qu'elles cachent en beauté. Signé chez Freaksville par un heureux hasard – Miam Monster Miam cherchait les crédits du film « Story Tellers », il tombera sur le story telling du ténébreux solitaire.

Charles Blistin livre un bel album de chansons franco-belges illustré par Jad Fair. Une histoire sans vrais (pré)textes pour de longs voyages, les souvenirs en bandoulière et la tête un peu désaccordée. Ne reste plus qu'à tourner le bouton de l'autoradio sur la bonne fréquence, puis fermer les yeux en desserrant la ceinture…

Label : Freaksville
Date de sortie : 28 mars 2011

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Copyright © 2009 Zikeo.net

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !