Connectez-vous

Scène française

Charles Aznavour Encores

Charles Aznavour de retour avec un nouvel album

Publié

le

Charles Aznavour <i>Encores</i> 6

Encore. L’éternel. Encores, les rappels. Charles Aznavour entonne, sans fard, les premiers mots de la chanson Avec un brin de nostalgie, préambule d’un nouvel album authentique et singulier. Son cinquante et unième album est disponible en téléchargement sur Amazon !

A bientôt quatre-vingt-onze ans, Charles Aznavour en veut encore. Apprendre. Encore. La retraite ? Il éclate de rire : « Ma retraite ? Avec une canne ? Et me laisser pousser la barbe parce que c’est difficile de se raser le matin ? Ce n’est pas mon truc. La bonne retraite, c’est ne pas être à la retraite« .

Ainsi, Aznavour apprend, construit et, inlassablement, arpente les chemins de la mémoire, sa première personne du singulier n’étant pas toujours exactement celle de l’autobiographie. Mais s’il évoque vraiment son enfance dans Des petits pains au chocolat ou quelques soirées bien arrosées à Montmartre dans La Maison rose, il explore aussi la vie d’un non-voyant dans Des ténèbres à la lumière, s’interroge sur celle d’un paysan attaché à la terre de ses ancêtres dans Et moi je reste là, rend hommage à une belle figure de la Résistance sous l’Occupation dans Chez Fanny, évoque la manière dont la voix des églises rythme les vies dans Sonnez les cloches, les couleurs de la mélancolie dans Avec un brin de nostalgie, le premier single extrait de l’album…Cette chanson donne le ton de « Encores » : habité de solitudes, de regrets, de vies blessées, d’émotions qui submergent.

Il y a bien sûr aussi les chansons d’amour. T’aimer, Ma vie sans toi, Mon amour je te porte en moi… L’amour, que le chanteur a souvent interrogé, investi. L’amour comme il sait l’écrire, l’amour comme on aimerait le vivre. Passé maître dans l’art de conter ces passions, ses nouvelles chansons n’échappent pas à la règle. L’auteur Charles Aznavour a toujours su dire l’envers du romantisme ordinaire, de Tu t’laisses aller Désormais, et tendre un miroir à nos vies. Ici, sa plume est plus que jamais bouleversante.

Avec ce nouvel opus, Aznavour continue de chanter avec plaisir. Sa rencontre avec Benjamin Clementine sur You’ve Got To Learn, la version anglaise de Il faut savoir, est symbolique et restitue la fragilité assumée d’une rencontre entre deux artistes. Le cadet admiratif et l’aîné bienveillant osent justement chanter en pleine vérité. Pas d’artifice. C’est bien là le centre de cet album, de ces Encores : le chanteur se livre. Dans les graves, des trémolos à peine dissimulés, Charles Aznavour révèle des chansons sans concession, d’une rare authenticité. Il se délecte aussi de ses concerts à venir, dans lesquels il compte chanter une dizaine de chansons nouvelles.

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !