Connectez-vous

pop-rock

Philamore Lincoln The north wind blew south

Découvrez l'album de Philamore Lincoln, The North Wind B

Publié

le

Philamore Lincoln <i>The north wind blew south</i> 5

On croyait avoir raclé tous les fonds de tiroirs de sixties pour remplir toutes ces compiles qui fleurissent chez les disquaires. Cherry Red vient de mettre la main sur une pièce rare (très rare même) et a eu l'excellente idée de la rééditer.

philamore-lincoln-north-wind-blew-south.jpgLoin des box-offices, des téléchargements I-tunes et des applis facebook, ce disque devrait ravir les collectionneurs, les mélomanes aguerris et les amateurs de légendes. De légendes oui ! Car « The north wind blew south » entretient le mystère depuis près de 40 ans. On dit notamment que les Yarbirds (période Page) auraient joué sur cet album (quelques mois après leur séparation en 69). Ce qui semble plus probable, c'est que le solo You're the One soit l'œuvre de Jimmy Page et que Chris Dreja ait pris la photo qui orne l'arrière de la pochette.

Batteur entre 1965 et 1967 sous le pseudo de Phil Kimorra (au sein de Brian Auger et pour la Graham Bond Organization, Robert Cromwell Anson aurait publié un single en 1968 (Running by the river/Rainy day). Enregistré début 70 par Glyn Johns et produit par James Wilder en Angleterre, l'album est finalement édité aux USA sous le pseudo de Philamore Lincoln, chez Epic (le label US des Yadbirds). Peut-être que Chris Dreja, qui tourne actuellement avec un ersatz de Yardbirds, pourrait nous en dire plus cet artiste trop méconnu et au talent certain. « The north wind blew south » est une pépite de pop sixties, passant par des thèmes peace and love (Rainy day, The North wind blew south) au blues incendiaire (Blew trough) ou à des tubes soul-garage (l'excellent The country jail band). Signalons aussi que c'est à Philamore Lincoln que l'on doit le célèbre Temma Harbour, repris quelques semaines après sa sortie en janvier 70 par Mary Hopkins et qui va la catapulter dans les charts.

Si les rééditions pullulent, celle-ci valait vraiment la peine. Un album rare et lumineux à découvrir pour mieux s'imprégner de la magie des sixties.
Label : Grapefruit records/Cherry Red

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !