Connectez-vous

pop-rock

The Kills

Alison Mosshart et Jamie Hince en interview

Publié

le

The Kills 7

Le 4 avril prochain sortira le nouvel album de The Kills, « Blood Pressures », l'occasion pour Zikeo.net de rencontrer la chanteuse américaine Alison Mosshart et le guitariste anglais Jamie Hince.

alison-mosshart.itw.jpgDoux et fébrile, accrocheur et tumultueux, obsessionnel et oppressant ! C'est de cette manière que l'on peut qualifier « Blood Pressures » le quatrième album des Kills ?
Jamie : Obsessionnel et oppressant ! Oui, j'aime ça. Après que nous ayons fini l'album, Alison et moi avons discuté du thème: il y a beaucoup de choses en rapport avec le sexe, les relations; ça parle de sexe ; d'où le titre Blood Pressures. À l'heure actuelle, je dirais que c'est un album un peu sombre, les paroles sont un peu tordues. Je pense que je dis toujours cela sur tous les albums que je fais. Je pense que nous sommes juste deux personnes obsessionnelles. Obsessionnelles sur ce que nous aimons et peut-être encore plus obsédées par ce que nous haïssons. J'ai besoin de jouer cet album en live pour voir ce qu'il est vraiment, et ce qu'il communique réellement.

Contrairement à « Midnight Boom » en 2008, ce nouvel album est un retour à la marque de fabrique du groupe caractérisée par des guitares rock sombres, mais avec une torsion ?
Jamie : Effectivement, la musique a changé, car Alison était en tournée avec The Dead Weather pendant une grande partie de l'année dernière. C'était vraiment libérateur de prendre ses idées et de les changer musicalement. The Last Goodbye par exemple a changé d'une mesure 4 / 4 à un rythme de valse. The Dead Weather est un genre de groupe très différent. D'une part, c'est un groupe de 4 personnes avec beaucoup de choses qui se passent simultanément, et tout est plutôt spontané. Après avoir été familiarisée à me produire sur scène avec une boîte à rythmes, je n'étais pas du tout habituée à ne pas savoir ce qui allait se passer sur scène. Donc, je pense que je me suis améliorée à utiliser ma voix comme un instrument pour faire des sons et bruits qui peuvent concurrencer les guitares et le feedback, plutôt que de simplement chanter les paroles des morceaux.

« Blood Pressures » a été enregistré au Key Club Studios à Benton Harbor dans le Michigan, pourquoi ?

Jamie : C'était une deuxième maison, sans distractions. J'ai exploré le sampling et la programmation. J'ai passé beaucoup de temps avec des batteries. Quand nous étions en train d'enregistrer l'album, j'ai visité la salle de musique d'une école : avez-vous déjà été à une salle de musique aux États-Unis? Elles sont absolument énormes, avec des murs de divers types de tambours et percussions. Je les ai tous testés. Au départ, la programmation de batterie a été vraiment pénible. Si je n'étais pas une personne qui aime tout contrôler, je ne l'aurais pas fait. Mais lorsque je commence quelque chose, je suis complètement obsédé avec. J'aime beaucoup toucher les instruments. J'aime vraiment que toutes mes émotions sortent dans mon jeu de guitare et c'est encore mieux contre un backbeat vraiment rigide où il n'y a pas d'accélération ou de ralentissement. J'aime cette tension et j'aime les possibilités qu'offre la batterie.

Alison, toi et Jamie êtes très fusionnelles, un peu comme des jumelles on dirait ?
Alison : Oui ! Certains jours, j'ai l'impression qu'on est des jumeaux, certains jours, j'ai l'impression que nous ne sont pas similaires du tout. Nous nous sommes réunis parce que nous « aimions » les mêmes choses. Nous avions tant en commun au niveau de l'art et la musique. Nous sommes tous deux très impatients. Nous sommes tous deux très excités, mais Jamie est un perfectionniste. Il ne s'arrêtera pas jusqu'à ce qu'il atteigne ce qu'il désire vraiment. Je ne suis pas comme ça. J'adore le moment, l'instantané, l'accident. Oh, et je suis américaine, et il est en anglais … il y a donc aussi de ça.

Comment avez-vous écrites vos chansons ?
jamie-hince-itw.jpgAlison : Nous avons toujours écrit les chansons séparément, à l'exception de quelques unes que nous avons écrites ensemble d'un bout à l'autre, je suppose que ce que je fais c'est d'écrire la mélodie et les paroles sur une guitare acoustique, et les chansons de ce genre que Jamie aime, il les prend et les transforme, leur apporte de la vraie musique et une forme. Avec ses propres chansons, il les travaille du début à la fin. Il est très tourmenté par ses chansons, je pense. J'ai l'habitude de ne pas les entendre pendant un certain temps. Il est très secret. J'essaie de l'aider avec les paroles, mais souvent ce n'est que quelques lignes manquantes je fais. Les paroles de « DNA » sont de Jamie. La seconde où il en a terminé la dernière ligne, je la chantait dans le studio. Je pense que c'était la dernière nuit de l'enregistrement de l'album en fait. J'aime tellement cette chanson. Les paroles de The Last Goodbye sont les miennes : cette chanson est sortie très rapidement. Elle a été une de ces chansons très naturelles à écrire qui semblent venir de nulle part. Jamie l'a entendu et décidé qu'elle serait mieux sur un Optigan. Il l'a vraiment rendue spéciale.

Dernière question ! Afin de mieux vous cerner, j'aimerais savoir quels sont les artistes qui t'on influencé Jamie ?

Jamie : Link Wray, Little Milton (‘le début du R&B'), Dave Bartholomew (arrangeur de Fats Domino / producteur) et Captain Beefheart ! Il m'a époustouflé lorsque j'était adolescent: j'étais ravagé lorsque j'ai appris son décès. Et j'écoute du reggae: je m'y suis mis avec Grace Jones, Sly et Robbie, et Peter Tosh. C'était le dernier bastion de la musique dans lequel je ne m'étais pas vraiment plongé. Mon amour pour le reggae est clairement perçu dans les rythmes mutés du premier single de l'album Satellite.

Articles tendances

Copyright © 2009 Zikeo.net

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !