Connectez-vous

Scène française

Turzi B

Découvrez B, le nouvel album de Turzi

Publié

le

Turzi <i>B</i> 5

A l'occasion de la sortie du somptueux clip Brasilia de Turzi, le label Record Makers vous offre en cadeau le titre Baltimore (Turzi vs Zombie Zombie Alive In Baltimore), un voyage musical à consommer sans modération !

turzi-b.jpgPour « B », Turzi tenait à faire un disque un peu plus capricieux, plus versatile, et à décliner les intentions de A en de multiples versions en gardant la même ligne en termes de discours et d'approche, et en de multiples lieux, puisque chaque morceau porte le nom d¹une métropole commençant par la lettre B. Là où « A » s'apparentait à une collection d'instantanés sonores, de performances saisies telles quelles, B a été conçu en deux étapes distinctes : un enregistrement rapide et instinctif, réalisé en Corse du Sud, dans l'autarcie d'une maison isolée, puis totalement remis en chantier au cours de la production, assurée à Paris par Erwan Quinio et Turzi lui-même dans son studio du Point Ephémère.

Pour l'additional production et le mixage, il a fait appel à Max Heyes, ingénieur du son généralement porté sur un son rock atmosphérique (Primal Scream, Ocean Colour Scene, Paul Weller, The Doves), pour harmoniser du mieux possible le côté très débordant du disque. Heyes est réputé pour son usage abusif (à l'anglaise !) de la distorsion : les crêtes sont poussées au maximum pour obtenir un son très frontal. Le résultat est probant : on vogue d¹un son très compressé, très direct, à des zones beaucoup plus aérées, plus spacieuses, d¹un rock heavy et conquérant (le morceau d'ouverture, Beijing), à de troublantes plages électroniques répétitives, au son très live et vintage de Brazilia, en passant par des méditations drone rock indianisantes (« Bombay »).

Deux invités de marque éclairent l'album de leurs voix caractéristiques : Bobby Gillespie de Primal Scream chante la révolte comme au temps de ses 20 ans sur Baltimore, tube « indie-dance 2010 » mixé par la paire mythique Max Heyes / Brendan Lynch, tandis que l¹irremplaçable égérie hippie Brigitte Fontaine déclame des paroles messianiques sur le tribal et urbain « Bamako ».

Affranchi des clichés kraut et psyché dont il fut un des initiateurs, Turzi honore donc avec B la lignée d¹un psychédélisme exotique quoique continental, proche de Can, dans le concept, et évoquant aussi bien, dans le son, Black Sabbath et Pink Floyd que Drexciya ou la cosmic disco. Les villes qui le jalonnent doivent être prises comme des climats possibles, des fantaisies spatiales.
Label : Record Makers

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !