Connectez-vous

Scène française

Interview Carla Bruni

Entretien avec Carla Bruni

Publié

le

Interview Carla Bruni 5

A l'occasion de la sortie de son nouvel album « Little French Songs » le 1er avril dernier, Zikeo.com est parti à la rencontre de Carla Bruni pour une petite interview.

carla-bruni-itw-2013.jpgVous sortez enfin votre quatrième album, « Little French Songs ». On peut en disséquer les textes, mais pour vous ce n'est pas le plus important ?
En effet, pour moi la musique est ce qui parle le plus dans une chanson. Elle dit tout, et plus que le sens des mots.

On a l'impression que beaucoup de vos chansons sont nées de l'évolution de votre voix ?
J'aime prendre de l'âge. C'est très utile pour la voix. Elle change, elle s'approfondit, elle bouge avec la chair et avec l'âme. Elle m'ouvre de plus en plus de portes dans la musique.

Depuis votre dernier opus, votre vie et votre carrière ont connu des tours et détours puissamment romanesques. Tant et si bien que votre quatrième album a un peu tardé.
D'habitude, on compose, enregistre, mixe et sort l'album d'un seul élan. Pour celui-ci, je me suis interrompue après l'enregistrement, début 2011.

Pendant vos années à l'Elysée et vos obligations protocolaires, vous n'avez pas cessé d'écrire parait-il ?
J'ai eu des périodes sans aucune écriture qui étaient des moments très paisibles de ma vie et, inversement, des moments plein d'écriture alors que je n'en avais ni le temps ni la disponibilité d'esprit. En revanche, ça m'a manqué de chanter – pas devant les gens, mais ces quatre ou cinq heures chaque jour où je joue et écris. J'étais obligée de faire le dos rond. Et c'est difficile de jouer de la guitare en faisant le dos rond.

En parlant de l'Elysée, votre chanson Le Pingouin à créee la polémique. De qui parle cette chanson ?
Ni d'un particulier, ni d'un métier, ni d'un groupe en particulier. Cette chanson parle de tout un tas de gens. Les malappris qui ne peuvent pas ouvrir la bouche sans dire quelque chose de désagréable. On a tous notre pingouin qui nous empoisonne.

Dans votre nouvel album vous avez adaptez Douce France de Charles Trenet en italien. Pourquoi ?
J'ai été éduquée à la beauté par ma grand-mère, qui était française. C'est pourquoi j'écris des textes en français et non en italien. J'aime beaucoup la version qu'en a fait Carte de Séjour mais j'ai voulu adapter Douce France en étant fidèle à ma propre histoire comme à ce que dit Trenet. Le refrain est même traduit mot à mot, sauf que j'ai utilisé le mot speranza à la place de « tu m'as bercé d'insouciance ». Je veux tellement dire mon amour des chansons de Trenet.

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !