Connectez-vous

rap-rnb

Justin Timberlake Futuresex/Lovesounds

Futuresex/Lovesounds

Publié

le

Avec ce deuxième album, l'ex-boyfriend de Britney Spears redonne ses lettres de noblesse à un son dancefloor clairement assumé.

th-justin-timberlake-futuresex-lovesoundsIl aura fallu du temps à Justin Timberlake pour acquérir une crédibilité digne de ce nom dans la galaxie parfois impitoyable hip-hop/R'n'b. Lors de la sortie de Justified, son premier album, en 2002, il était surtout connu comme ex-boyfriend de Britney Spears et ancienne vedette juvénile du Disney Club ou du boys-band NSYNC. Beaucoup n'auraient alors pas misé un dollar sur sa dégaine de blanc-bec un peu gauche, et son timbre haut perché. De quoi susciter la suspicion, voire l'indifférence, d'un milieu encore dominé par la mentalité « gangsta », fut-elle de façade.

Justified est vite devenu une usine à tubes, entre ballades larmoyantes pour adolescentes (le bien nommé Cry me a river) et bombes dancefloor calibrées par les Neptunes (Like I love you et Rock your body). Argent (7 millions de galettes vendues dans le monde), gloire, Cameron Diaz… il ne restait plus qu'à confirmer l'essai. Et c'est plus que chose faite avec ce Futuresex/lovesounds. Après Pharrell Williams, c'est désormais au tour d'un autre faiseur de miracles, Timbaland, d'assurer la production de l'essentiel de l'opus. Le protégé de Missy Elliot a encore puisé dans son imagination baroque et futuriste pour concocter de nouvelles perles funky au petit Justin.

En plus d'être des tubes à devenir, des morceaux comme Pose (avec Snoop Dogg) ou Sexy back font preuve d'une véritable sincérité gigotante, à laquelle les jambes ont du mal à résister. Les esprits plus « fleur bleue » ne sont pas oubliés, avec les inévitables ballades comme Worthy of ou encore Until the end of time, et ses samples de violons orientaux.

Malgré un ou deux titres plus dispensables, le duo Timbaland-Timberlake parvient avec cet effort commun à redonner des lettres de noblesse au son dancefloor le plus assumé. Une vraie réussite, qui devrait offrir à Justin Timberlake ses derniers galons de pilier du genre.

Jive Records (septembre 2006)

Lire la suite
Publicité
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles tendances

Newsletter

Vos informations ne seront jamais cédées à des tiers !